Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Entente entre Netflix et l’APFC : réactions favorables au Nouveau-Brunswick

Publié le 11 juin 2019 à 16:10, modifié le 12 juin 2019 à 11:45

Par: Alexie André Belisle

L’Alliance des producteurs francophones du Canada lance un nouveau projet de formation des scénaristes en milieu francophone minoritaire. Netflix est le principal investisseur de ce projet, aux côtés de Téléfilm Canada et du Fonds des médias du Canada.  Les premières réactions dans le milieu sont favorables.

L’artiste-peintre et documentariste Raynald Basque est optimiste : « il y a certainement des choses qu’on va apprendre, j’en suis convaincu, et je le souhaite. »

Dès 2019, des scénaristes pourront être formés dans les communautés francophones minoritaires du Canada. L’APFC prévoit établir trois lieux de formation, un en Atlantique, un dans les provinces de l’Ouest et un autre en Ontario.

Selon le producteur et vice-président de l’APFC, René Savoie, le besoin est criant : « ça fait plusieurs années qu’on identifie le problème, d’un manque de scénariste en situation minoritaire en français. »

Hors Québec, il est très difficile pour un scénariste d’obtenir de la formation explique-t-il : « l’idée c’est toujours de savoir comment écrire pour produire la télévision et on a pas l’expérience en région. »

Avec l’arrivée de nouvelles plateformes de visionnement, René Savoie estime que les besoins en contenu télévisuel augmentent.

Raynald Basque travaille quant à lui comme documentariste depuis presque vingt ans, essentiellement dans la région de Caraquet. Il croit pourtant avoir encore des choses à apprendre : « on va admettre qu’on n’était pas si bon que ça et on mérite mieux. Et si on peut nous former et que ça fonctionne, bien tant mieux. »

Après avoir gagné le prix Éloize et scénarisé plusieurs documentaires et séries, il n’a jamais réussi à faire financer son dernier projet de film : « ça m’intéresserait de savoir quels seraient les outils qui pourraient me permettre maintenant de mener à bien un scénario qui me semble est nécessaire », raconte-t-il.

L’Alliance des producteurs francophones du Canada vient tout juste de recevoir le financement de Netflix dont le montant n’a pas été dévoilé. Elle ne sait pas encore où se tiendront les formations ni précisément quelles formes elles prendront. Une chose est certaine, l’Alliance promet que le géant américain Netflix n’aura pas droit en primeur à aucun contenu réalisé lors des formations.