Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Casino: Michel Couturier a les résultats de son étude entre les mains

Publié le 24 mai 2019 à 15:33, modifié le 24 mai 2019 à 15:35

Par: Mariane Lajoie

L’étude commandée par Loto-Québec sur les impacts du déménagement du Salon de jeux de Québec ou de sa conversion en casino se fait attendre. Pendant ce temps, le maire de La Malbaie a reçu les résultats de sa propre analyse. À ses yeux. il est clair qu’un tel projet serait sans contredit négatif pour Charlevoix.

Michel Couturier ne veut pas tout dévoiler de son étude, pour se garder des minutions face à Loto-Québec. Mais selon l’analyse qu’il fait du document, le projet de la CAQ, peu importe sa forme, ferait mal à Charlevoix.

« Ça confirme un peu ce qu’on dit depuis toujours. Il y a deux scénarios. Il y a le déménagement pur et simple, qui affecte un peu moins, mais qui affecte quand même, parce qu’on pense qu’il serait déménagé dans un endroit plus attrayant, et qu’il y aurait de la promotion autour de ça. Et on a envisagé le casino. Là il faudrait me prouver que ça ne serait pas une catastrophe, mais à date, aujourd’hui, oui je pense que ça le serait. Un casino, il y en a un sur le territoire de la Capitale-Nationale, c’est à La Malbaie, et ce depuis 1971, alors consolidons-le », demande le maire de La Malbaie, Michel Couturier.

L’étude démontre que le tiers de la clientèle du Casino de Charlevoix est formée de clients motivés. « C’est une clientèle qui ne vient que pour ça. Ce ne sont pas des gens qui vont aux baleines et qui vont peut-être au casino. Non, ils viennent spécifiquement pour le casino. Et ils proviennent beaucoup de la région de Québec, de la Montérégie, de Montréal. Donc à l’Ouest de Québec. Avec un casino, la région de Québec serait plus captive, c’est évident », est d’avis Michel Couturier.

Cette clientèle motivée rapporte annuellement 25M$ à la région. Un casino à Québec ferait chuter ce chiffre de moitié. « Ce sont des revenus de moins, ce sont des heures d’ouverture de moins, ce sont des emplois de moins », analyse le maire.

Michel Couturier a demandé une rencontre avec la vice-première ministre du Québec, puis avec le premier ministre François Legault, ce qui lui a été refusé.

« Avant de prendre une décision, est-ce qu’on peut être consulté, est-ce qu’on peut se parler? Ce dossier est d’une importance capitale pour La Malbaie, pour Charlevoix-Est, pour tout Charlevoix. C’est normal qu’on s’active un peu. »

« Lundi prochain, on a rendez-vous avec l’un des conseillers principaux, Jean-Benoît Ratté, au bureau du premier ministre. Donc ça va permettre à Monsieur Couturier de nous présenter son étude parce qu’honnêtement, je n’ai pas l’étude en main. Ça va être un élément de plus à la réflexion. Ça va se rendre directement au premier ministre qui, effectivement, avait toujours dit que si ça impactait Charlevoix, qu’il n’y aurait pas de casino à Québec », rappelle la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Émilie Foster.

De son côté, sans avancer de date, Loto-Québec assure qu’elle présentera les résultats de sa propre étude d’ici la fin du printemps.