Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Semer la bonne humeur par le conte

Publié le 17 septembre 2019 à 16:53, modifié le 17 septembre 2019 à 16:55

Par: Patrick Giguère

8 conteurs des quatre coins du Québec poursuivent leur périple entre Paspébiac et Amqui. Partout où il s’arrêtent, ils partagent leurs contes avec les citoyens locaux.

Une expédition de 230 kilomètres à la marche en 10 jours. C’est le défi que se sont donnés ces 8 conteurs des Semeurs de contes pour raconter leurs histoires. Depuis le 10 septembre, ils font vivre leurs personnages. Chaque soir, le spectacle est différent.«La première année quand j’ai parlé à mes comparses, de faire ce projet c’est de faire un one shot deal Montréal-Québec, c’était un genre de trip d’aventure,»mentionne André Morin,conteur et créateur des Semeurs de contes.

7 ans plus tard, les Semeurs de contes sillonnent toujours le Québec pour faire rêver leurs publics. L’initiateur du parcours qui désirait faire connaître le conte au plus grand nombre de gens possible, était loin de se douter que son projet prendrait une telle ampleur.«L’accueil a été tellement extraordinaire sur le chemin que c’est devenu plus grand que nous et on s’est dit ben il faut continuer» rajoute monsieur Morin. Pour ce Gaspésien d’adoption, cette expérience est plus qu’enrichissante «Ça me permet d’avoir des contes courts, normalement, je m’étends, j’ai une heure pour conter, mais là j’ai 10 minutes et ça fait changement, normalement 10 minutes c’est le temps d’enlever mes bottes mais là faut avoir une histoire de racontée alors c’est un beau défi» explique en riant le conteur Patrick Dubois.

Avec la distance à parcourir, une chimie s’est installée entre les conteurs..«On se joue des tours pas mal pendant la virée. .. par exemple, on s’amuse à se voler des contes entre nous d’un soir à l’autre et lorsque tu arrives pour faire un conte, l’autre l’a raconté avant toi donc tu dois te revirer sur un 10 cent» rigole Patrick Dubois.
L’argent recueilli lors des soirées sert à payer les dépenses quotidiennes du groupe.
«En fait l’argent qu’on fait le soir sert à financer les dîners et l’essence. Et au final, il n’en reste pas beaucoup. À la base, les conteurs sont bénévoles.»

La magie des semeurs de contes se transporte ce soir à Sainte-Florence, demain à Lac-au-Saumon et jeudi à Amqui.