Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

MANIFESTATION | Les employés de l’usine Bombardier en grogne contre Trudeau

Publié le 6 décembre 2018 à 17:45, modifié le 7 décembre 2018 à 11:17

Par: Carl Vaillancourt

Les employés de Bombardier ont manifesté leur mécontentement ce midi concernant l’octroi par Via Rail d’un contrat d’un milliard de dollars à la multinationale Siemens. Même si Ottawa n’a toujours pas confirmé l’information, cette forte rumeur soulève l’ire des travailleurs.

Enragés, inquiets et frustrés; les employés de l’usine de La Pocatière n’acceptent pas  l’octroi du contrat de VIA Rail à la multinationale Siemens. Le syndicat déplore que le contrat ne revienne pas à Bombardier.

«On a l’expertise, on a le bâtiment pour faire le contrat, on est réputé pour livrer à temps des voitures de qualité. On ne comprend pas pourquoi le gouvernement ne nous donne pas le contrat», a expliqué le président du syndicat des travailleurs de l’usine de La Pocatière, Claude Michaud.

Tout ce que le syndicat revendique, c’est la garantie qu’une partie d’un projet canadien soit réalisée au pays.

«Depuis plus d’un an et demi qu’on demande un contenu minimum de 20 à 30%, on ne demande pas 100%», a-t-il ajouté.

Même son de cloche du maire de La Pocatière. Sylvain Hudon demande aux institutions fédérales de ne pas regarder uniquement le montant de la soumission.

« Il faut qu’il y ait un contenu local, mais même plus que ça, faudrait que quand ils font des soumissions qu’ils comprennent aussi toutes les retombées directes chez nous», a affirmé le maire de La Pocatière.

Quelques semaines après la ratification du nouvel accord entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, le préfet de la MRC de Kamouraska critique la position de Via Rail pour le renouvellement de sa flotte de wagons de la ligne Québec-Windsor.

«Quand on voit ce qui se passe aux États-Unis, le gouvernement américain protège son marché, puis que nous au Canada, on n’est pas capable de protéger notre marché. À quelque part, ça nous fâche», a renchérit le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy.

Des employés qui étaient présents jeudi midi à la manifestation ont voulu passer un message clair au premier ministre Justin Trudeau.

«C’est un train canadien qui va rouler sur des rails canadiennes, puis c’est fait en dehors, c’est inacceptable», a lancé un employé de l’usine.

Pour une des travailleuses, c’est une déception.

«C’est décevant ! Très décevant», a-t-elle mentionné.

Un des membres de l’exécutif syndical a rappelé qu’il s’agissait d’un troisième contrat public qui échappait à Bombardier dans les deux dernières années.

Après l’ancienne Agence métropolitaine de transport (AMT) et le nouveau REM qui devrait voir le jour dans quelques années, c’est maintenant autour de VIA Rail de regarder ailleurs. De quoi soulever l’ire du secrétaire du syndicat.

«Ça n’a pas d’allure, ça fait trois contrats qu’on perd avec aucun contenu canadien».

VIA Rail a tenu à rassurer les employés de La Pocatière. La société d’État indique qu’aucun contrat n’a encore été signé, mais qu’une annonce est attendue d’ici la fin de 2018.