Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Les guichets automatiques municipaux supprimés

Publié le 13 septembre 2019 à 12:25, modifié le 13 septembre 2019 à 16:21

Par: Fabienne Tercaefs

Près d’un an après le lancement d’un projet-pilote de guichets automatiques municipaux au Kamouraska, l’opération touche à sa fin. Elle ne sera pas renouvelée.

Les guichets automatiques avaient été installés à Saint-Roch-des-Aulnaies, Saint-André et Kamouraska pour pallier aux nombreuses fermetures de guichets automatiques du Mouvement Desjardins. La population peut effectuer des opérations de retrait d’argent uniquement, avec des frais allant jusqu’à 2 dollars par transaction. Le projet-pilote se termine fin septembre et les 3 municipalités ont décidé de ne pas garder les machines. Elles ne sont pas assez rentables. « Il y a un coût au-delà de 7 000 dollars pour ce service là et il y avait des revenus totalisant autour de 2 000. Donc il y a comme un 5 000  dollars qui n’est pas si énorme que ça sur une base annuelle, mais qui fait en sorte qu’il y a un manque à gagner pour entretenir ce service. » confirme le maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, André Simard.

Une perte pour les citoyens de la région. « C’est sûr que pour la population ici à Saint Roch, c’est tout ce qui restait le guichet. Ils vont être obligés d’aller à La Pocatière là. » affirme une citoyenne. « C’est sûr qu’un village qui perd ses services, ce n’est pas un plus. » explique un autre. « Je pense que ce n’est pas juste pour la paroisse, (…) Ce n’est pas tout le monde qui a un véhicule aussi pour s’en aller jusqu’à La Pocatière chercher des fonds. » ajoute une citoyenne.

Quant au propriétaire du Marché des Aulnaies, Marco Pelletier, il va devoir aussi s’organiser. «C’est sûr que c’est déplorable pour la population de perdre nos guichets automatiques, c’est un service de moins pour la population de Saint-Roch-des-Aulnaies. Puis en même temps, nous au Marché on n’a pas le choix d’avoir un peu plus de sous, d’argent de disponible pour accommoder les clients. »

Les bureaux de postes comme solution alternative ?

Pour pallier la fermeture des guichets automatiques municipaux, certaines solutions sont envisagées comme utiliser les bureaux de postes. « Il y a quelqu’un qui est là au moment où on se parle qui pourrait répondre à des clientèles, il y a de la place et ça pourrait être un élargissement de la mission. Mais pour ça il faut une volonté politique. » déclare André Simard.

L’idéal serait également d’avoir une meilleure couverture cellulaire.« Ce qu’on se rend compte dans certains coins du moins, c’est l’urgence du cellulaire. Par le cellulaire, on est capable de faire beaucoup de transactions. (…) Le sentiment d’urgence de le mettre en place l’est plus que jamais. » confirme le président de la Fédération québécoise des municipalités, Jacques Demers.

Relancer l’idée de l’utilisation des bureaux de poste ou le développement de la couverture cellulaire. Autant de dossiers, sur lesquels les candidats aux élections fédérales sont interpellés.