Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le caribou forestier de Charlevoix est en danger

Publié le 4 juin 2019 à 11:53, modifié le 4 juin 2019 à 16:23

Par: Mariane Lajoie

La population des caribous forestiers et montagnards ne cesse de diminuer dans certaines régions du Québec, dont Charlevoix. Le gouvernement prépare une stratégie, dans le but de sauver l’espèce.

Le caribou forestier de Charlevoix est menacé. Depuis sa réintroduction dans la région dans les années 70, le nombre de bêtes ne cesse de décroitre. De sorte que la harde charlevoisienne est l’une des plus en danger du Québec.

« Le peak du caribou dans le secteur de Charlevoix, c’était 126. Aujourd’hui on parle de 60. La bête ne survit pas par elle-même dans son environnement », est forcé de constater le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Pierre Dufour.

Une étude menée par l’UQAR démontre que si rien n’est fait, l’espèce pourrait avoir totalement disparu de la région d’ici 30 à 80 ans.

« Avec les changements climatiques, ce qu’on prévoit, c’est surtout au niveau de l’augmentation des feux de forêts. Dans le fond, le caribou, ce dont il a besoin, c’est essentiellement des forêts de conifères. En perturbant le milieu par la coupe, ça va réduire beaucoup l’habitat du caribou et en même temps, ça va fournir une porte d’entrée pour les prédateurs », explique le chercheur scientifique Yan Boulanger.

« Soit les coyotes, soit les loups, soit les ours. Quand tu as un chemin sans obstruction de bois, c’est plus facile de se faufiler », ajoute le ministre.

Le gouvernement du Québec ne prend pas la situation à la légère. Appuyé d’un budget de plus de 60M$, il prépare une stratégie globale pour 2022, pour assurer la pérennité de l’espèce.

« Ça ne sera pas du mur à mur, parce que chaque territoire a ses particularités. Dans le cas ici, ça ne sera peut-être pas de revenir à 126, mais peut-être ça va être de le maintenir à 75. C’est là qu’on est en train de travailler, de regarder quels sont les meilleurs endroits pour les subvenir. Le Parc des Grands-Jardins a un impact au niveau du caribou », remarque Pierre Dufour.

Dans le cadre de sa tournée de consultation, le ministre a rencontré une vingtaine de personnes du milieu.