Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

L’Alzheimer, quand la mémoire part à la dérive

Publié le 21 janvier 2022 à 15:49, modifié le 21 janvier 2022 à 15:51

Par: Nathalie Des Groseilliers

Janvier est le mois de la sensibilisation à la maladie d’Alzheimer et autres troubles neurocognitifs. Sur le territoire de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, 2000 personnes en sont atteintes. La Société Alzheimer d’ici soutient les familles depuis près de 30 ans.

« Il y a un proverbe africain qui dit que ça prend un village pour élever un enfant. (…) Mais moi, j’aimerais dire aux gens que ça prend un village pour accompagner une personne atteinte et son proche aidant ou sa proche aidante. On a besoin d’aide! »,  lance France Moreau, émue.

Pour Mme Moreau, fille de Céline, 72 ans, atteinte d’Alzheimer, ce cri du cœur est primordial. « On n’est pas entendu les proches aidants et ça, c’est vraiment déplorable parce que c’est vraiment difficile accompagner une personne qu’on aime », ajoute-t-elle.

Mme Moreau raconte que son parcours de proche aidante a été semé d’embûches, mais qu’elle a trouvé écoute, empathie et soutien à la Société Alzheimer Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine.

«Moi, mon rôle, ça va être surtout d’accompagner, d’outiller, d’offrir du soutien aux familles de personnes atteintes de la maladie, autant aux personnes qui sont atteintes de la maladie d’Alzheimer ou des proches aidants », explique Jessica Aspirot,  une intervenante sociale à la Société Alzheimer Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine.

Chaque année, l’équipe de l’organisme, composée d’une vingtaine d’employés, accompagne plus de 400 familles. L’Alzheimer et les autres troubles neurocognitifs sont des maladies complexes qui s’installent sournoisement.

«La première démarche, je vous dirais, de nous appeler, nous, à la Société Alzheimer, si vous avez des inquiétudes, on va pouvoir faire un portrait global de la situation, puis par la suite, nous, on va pouvoir vous dirigez vers les ressources disponibles. Sinon, vous pouvez aller voir votre médecin de famille qui va pouvoir faire un diagnostic, faire des tests plus poussés », conseille l’intervenante sociale.

Si l’organisme peut offrir un si bon éventail de services, c’est beaucoup grâce à la communauté.

 

BERNARD BABIN

« L’organisme s’est développé parce qu’on est allés chercher un financement beaucoup plus important, autant avec le CISSS de la Gaspésie que lors de nos activités de financement dans la communauté-là. Je pourrais dire qu’on a explosé dans les dernières années, c’est près  de 200 000$ par année qu’on va chercher dans la communauté », explique Bernard Babin,  le directeur de la Société Alzheimer Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine.

Avec le vieillissement de la population, les besoins vont aller en augmentant.   « On parle de 163 000 personnes atteintes au Québec. Dans notre région, on parle de 2000 personnes au niveau de la Gaspésie et les Îles. Et les chiffres démontrent que c’te chiffre-là pourrait doubler dans les 5 prochaines années », avise M. Babin.

Comment va votre mère, France, aujourd’hui?

« Ma mère est due pour être mise en hébergement. C’est comme un enfant, je l’habille, je la déshabille, je la borde. Il faut lui faire à manger. (…) Les gens atteints d’Alzheimer sont très vulnérables. Puis il faut pas les oublier, car eux, leur cœur n’oublie jamais.»