Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

L’abolition du Fonds du Nord sème l’incompréhension

Publié le 30 juin 2020 à 17:31, modifié le 30 juin 2020 à 17:33

Par: Antoine Pelland-Ratté

L’intention de gouvernement du Nouveau-Brunswick d’éliminer les fonds de développement économique du nord sème l’incompréhension chez les libéraux. On craint que la dissolution de ces fonds dans l’ensemble de la province ne crée de la compétition entre régions rurales et urbaines.

Depuis sa création, le Fonds du Nord a bénéficié a de nombreuses entreprises de la région péninsulaire en injectant chaque année cinq millions de dollars. Selon le député de Tracadie, la décision du gouvernement d’intégrer cette somme dans un fonds général diminuera son accessibilité.

«Il n’y a eu aucune mention qu’il va y avoir une augmentation du fond général, prévient-il. Donc, si par exemple il y a un vingt millions qui est réservé pour le nord de la province et tout d’un coup, tu inclus toutes les autres régions de la province dans ce vingt millions-là, ce qui arrive, c’est qu’il y a beaucoup plus de monde autour de la table. Ça veut dire que la part du gâteau est beaucoup plus petite pour toutes les régions rurales.»

Il souligne que ces investissements, notamment en infrastructure, encouragent les jeunes à demeurer dans la région et crée des emplois. «Il y a l’amphithéâtre ici à Tracadie, un nouvel amphithéâtre qui a été construit grâce à la participation du fédéral, de la province et de la municipalité. Donc le Fonds du Nord a pu justement aider avec ce projet. Donc, la véloroute ici dans la Péninsule acadienne.»

Pour le directeur général de l’Association des municipalités francophone du Nouveau-Brunswick, Frédérick Dion, l’utilité du programme cachait parfois certaines imperfections. «Il y avait plusieurs lacunes qui empêchaient parfois des entreprises ou des communautés d’avoir accès aux fonds, les priorités n’étaient pas toujours claires non plus, explique-t-il. Donc, on a souvent peut-être critiqué le Fonds du Nord, mais pas pour sa raison d’être, mais plutôt de la façon dont il est administré.»

Il aurait plutôt préféré bonifier le Fonds du Nord en permettant aux élus régionaux de s’entendre sur des objectifs communs. L’entente actuelle prendra fin le 31 mars 2021.