Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La refonte du Guide alimentaire soulève l’incertitude chez certains producteurs laitiers

Publié le 4 janvier 2019 à 17:10, modifié le 4 janvier 2019 à 17:10

Par: Carl Vaillancourt

La modification du guide alimentaire canadien tel qu’on le connait a coulé dans les médias aujourd’hui. La disparition de catégories d’aliments comme les produits laitiers crée une incertitude dans le milieu agricole.

« C’est sûr, c’est une brèche de plus. Ça s’accumule au reste évidemment. Si le guide alimentaire canadien est adopté dans ce qui est à peu près lancé ce matin dans les médias, c’est une petite parts de marché qui va tomber», a souligné François Filion, lui qui est producteur laitier à l’Isle-Verte depuis plusieurs années.

Une étude obtenue par La Presse révèle que le nouveau guide alimentaire canadien abolirait les quatre groupes d’aliments connus depuis bientôt 50 ans. Difficile de trouver du positif pour les producteurs laitiers.

Selon M. Filion, c’est un autre coup dur. Après l’Accord du partenariat transpacifique et l’Accord États-Unis-Mexique-Canada (AÉUMC) qui ont tous deux ouverts des brèches dans la gestion de l’offre du secteur laitier, la refonte pourrait diluer la promotion autour de la consommation laitière chez les usagers selon lui.

«Présentement, je pense que ça se rajoute à la morosité ambiante du contexte agricole. Depuis le printemps 2014, on fait du lait à perte», a renchérit François Filion.

Le président des producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, tient à rassurer ses membres. La modification aura un impact limité selon lui. La forme du guide changera, mais la promotion de la consommation de produits laitiers demeurera.

« C’est toutes les catégories qui vont être éliminées du guide alimentaire et il va y avoir des recommandations un peu produits par produits ou occasions par occasions si on veut comme une collation. Que devrait-être une collation en avant-midi ou après-midi?», a-t-il lancé d’entrée de jeu lors d’une entrevue téléphonique vendredi midi.

Si les spécialistes de l’alimentation ont vanté pendant des décennies l’apport en calcium dans les produits laitiers, voilà que plusieurs alternatives sont désormais envisagées. C’est du moins ce que croit Lysandre Paquette, naturopathe et conseillère en alimentation depuis 12 ans.

À la sortie d’un supermarché à Rivière-du-Loup, plusieurs consommateurs se sont dits prêts à regarder le nouveau guide, mais qu’ils conserveront leurs habitudes de consommation.

« Non pas du tout! Aucunement!», a mentionné une femme qui sortait avec son panier d’épicerie.

Un père de famille qui tenait plusieurs sacs dans ses mains a avoué que le guide est un outil à consulter, mais que la refonte n’aura pas d’impact sur les habitudes au sein des ménages.

« Ceux qui sont habitués de manger du yogourt, du fromage, du lait, ne changeront pas», a-t-il clamé.

Dans un courriel acheminé, Santé Canada réitère que l’étude en question n’est qu’une façon de sonder l’opinion publique.

« Le nouveau Guide alimentaire continuera de recommander aux Canadiens de choisir une variété d’aliments et de boissons nutritifs, ce qui comprend du lait et du yogourt faibles en matières grasses et des fromages ayant une faible teneur en sodium et en matières grasses», a répondu par courriel l’agent aux relations médias de la Direction générale des affaires publiques et des communications au service de Santé Canada et de l’Agence de la santé publique du Canada, Geoffroy Legault-Thivierge.