Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Des mesures de sécurité parfois contraignantes pour certains aînés

Publié le 31 mars 2020 à 17:07, modifié le 31 mars 2020 à 17:07

Par: Elizabeth Dubé

Au Nouveau-Brunswick comme au Québec, les initiatives pour freiner la transmission du virus sont nombreuses. L’Association des aînés francophone du Nouveau-Brunswick souligne toutefois un certain manque de considération chez quelques services essentiels.

Plusieurs aînés de la Péninsule acadienne ont déploré la fermeture des comptoirs dans certains points de services UNI. Près de 40 % des cinq milles membres de l’Association des Aînés francophone du Nouveau-Brunswick n’ont pas accès à Internet et encore moins au service en ligne. Une grande partie d’entre eux utilisent d’ailleurs toujours des livrets et les nouveaux guichets ne permettent plus de faire la mise à jour de ceux-ci.

« De plus en plus, il y a des aînés qui ne sont pas informatisés malheureusement et qui vivent un stress par rapport à la question de vérifier ou d’utiliser leur système bancaire. », explique M. Bélanger, le directeur général de l’Association.

Il tient toutefois à rappeler qu’il ne critique en aucun cas les mesures de sécurité qui ont été prises par la coopérative. Il croit plutôt que des solutions doivent être trouvées en collaboration avec celle-ci.

« On apprécie beaucoup l’aide de tout le système de santé au Nouveau-Brunswick, les services essentiels, ce sont tous des gens qui sont la première ligne de front, mais il ne faut pas abuser de nos aînés, il faut faire en sorte de suivre les directives. », ajoute-t-il.

L’Association a d’ailleurs plusieurs idées pour s’assurer que les aînés qui ont peu de moyen technologique puissent tout de même continuer à effectuer leurs transactions.

« Je pense qu’Uni devrait envoyer un communiqué, ou une manière de communiquer avec ses membres pour leur donner certaines directives autres. Ou bien un numéro de téléphone où ils pourraient appeler et qu’il y aurait des gens qui pourraient répondre. S’ils doivent attendre sur la ligne 45 minutes, 1 heure, 1h15, ils vont se décourager et ils vont raccrocher. Donc il faudrait qu’Uni développe un certains système de contact directement avec ces gens-là. »

UNI Coopérative financière appuie cette recommandation et se dit prête à discuter. La sécurité des employés et des clients demeura toutefois une priorité tout au long de cette pandémie.

« On fait vraiment tout en autre possible pour protéger à la fois nos membres clients et nos employés. Ça serait vraiment intéressant que les gens de l’Association des aînés rentre en contact avec nous bien sûr. Nous on est vraiment en train de déployer tous les efforts pour servir les gens de façons plus rapide au téléphone. », conclu Mme Francoeur, directrice de l’expérience-client chez UNI.