Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Décès de Chantel Moore : un ex-policier témoigne et la famille poursuit

Publié le 19 mai 2022 à 16:35, modifié le 19 mai 2022 à 16:35

Par: Mickael Robitaille

Après 4 jours, le dernier témoin a été entendu ce matin dans le cadre de l’enquête du coroner sur le décès de Chantel Moore. Par ailleurs, la poursuite intentée par la famille de la victime a été officiellement déposée.

L’ex-policier Chris Butler estime que Jeremy Son, le policier qui a tiré sur Chantel Moore a agi avec une force acceptable. Maintenant à la retraite, il cumule 34 ans de métier et il est considéré comme un expert en utilisation de la force. Selon lui, un policier doit évaluer dans un très court délai si la personne qui est devant lui peut ou a l’intention et le moyen de causer des blessures sérieuses et même la mort. Selon lui, Chantel Moore se trouvait à environ 5 ou 7 pieds du policier avec son couteau en l’agitant.

Chris Butler a mentionné qu’une personne peut franchir 7 pieds en 65 centièmes de seconde. Jeremy Son étant positionné sur le balcon, n’avait pas l’espace pour sortir de sa position assez rapidement. Selon l’ex-agent, en situation de crise, le stress monte et l’agent peut perdre la possibilité de prendre des décisions rationnelles.

Il a aussi formulé plusieurs recommandations, notamment que les policiers devraient prodiguer les premiers soins jusqu’à l’arrivée des ambulanciers, ce qui n’a pas été fait. Les policiers ne sont pas responsables de déterminer si une personne est morte ou non, avec l’absence de pouls.

Le jury doit maintenant formuler des recommandations, pour éviter qu’une situation du genre se reproduise.

Par ailleurs, la famille de Chantel Moore a déposé ce matin sa poursuite à la Cour du Banc de la Reine d’Edmundston contre la Ville d’Edmundston ainsi que Jeremy Son. La poursuite avance que les accusés ont fait preuve de négligence et sont responsables de la mort de la jeune femme. Les plaignantes affirment que la ville n’a pas formé correctement ses agents pour des interventions auprès de personnes autochtones et qu’il n’y avait pas assez de pistolets à impulsion électrique de disponibles le soir du décès.

La poursuite à l’endroit de Jeremy Son stipule qu’il a eu recours à une force excessive, qu’il a fait d’importantes erreurs de jugement et qu’il a négligé la sécurité de la jeune femme le soir de l’intervention. Ils demandent des dommages et intérêts contre la Ville ainsi que Jeremy Son.

Le montant de la poursuite n’a pas été divulgué dans les documents déposés à la cour.