Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

75 000$ dans les cuisine du camp musical de Saint-Alexandre

Publié le 5 août 2022 à 16:45, modifié le 5 août 2022 à 16:45

Par: Alexy Trépanier

Le camp musical de Saint-Alexandre investi 75 000$ dans ses cuisines. L’organisation a pu se procurer des équipements des plus modernes qui viennent complètement changer la donne.

Les cuisinières constatent que les nouveaux équipements auxquels elle ont accès font une véritable différence dans leur travail. « Mais vous dire honnêtement c’est neuf c’est beau moi c’est du bonheur. C’est du bonheur. » raconte Giselle Caron, cuisinière au camp musical.

Surtout grâce à cette machine qui permet de conserver des aliments sous vide pour plusieurs mois. Plus besoin de préparer les déjeuner, dîner et souper de A à Z pour une centaine de jeunes quotidiennement.

« Au lieu de préparer pour cent personnes la même journée ben si on a eu le temps d’en mettre congelé pour 50 sous vide ben la la journée est plus facile. » explique Nathalie Ouellet, qui est également cuisinière au camp depuis maintenant sept ans.

« La principale idée c’est la cuisine sous vide donc d’être capable dans des périodes de cuisiner des produits régionaux, de les transformer et de les mettre sous vide. » ajoute Mathieu Rivet, le directeur du camp musical de Saint-Alexandre.

Comme des violonistes qui s’échauffent, les cuisinières ont raffiné leurs techniques. Elles ont suivi une formation avec des professionnelles grâce à une subvention de 40 mille dollars de la MRC de Kamouraska. Elles ont pu apprendre à utiliser l’équipement, mais surtout à diversifier leurs repas autant en saveurs harmonieuses, qu’en nutriments.

«  Des nouveaux menus, l’apprentissage là-dedans comment mettre congelé aussi pour que ça se garde bien ça va juste qu’à quelle sorte de plats à mettre au congélateur. » explique Nathalie Ouellet.

« Ils m’ont appris des belles choses parce que moi je ne suis pas née cuisinière. Je n’ai pas étudié là-dedans, mais j’ai appris avec eux autres j’ai adoré, ah oui j’apprends des belles choses pis ça va rester, je vais pouvoir continué à me sentir valoriser en cuisine. » ajoute Giselle.

En modernisant la cuisine, le camp espère également retenir et attirer de la main d’œuvre.

« La cuisine elle est impeccable c’est une ambiance de travail ici. Il y a de la musique il y a le personnel enseignant les animateurs. Il y a une espèce de joie de vivre constante qui permet à des employés qui aiment ça de se retrouver dans un contexte de travail qui est agréable. » précise Mathieu Rivet.

Prochaine étape, le camp prévoit installer un jardin afin d’utiliser des légumes frais qui pousseront aux sons des violons.