Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Waska : une usine unique au monde à Clair

Publié le 18 juillet 2019 à 13:44, modifié le 18 juillet 2019 à 17:57

Par: Jacob Cassidy

L’usine de production de bardeaux de cèdre Waska se modernise pour contrer la pénurie de main d’œuvre et les politiques économiques américaines. L’entreprise de Clair investi plus de 8 millions pour automatiser une partie de sa chaîne de production.

L’investissement permettra la construction de la première usine complètement automatisée de bardeaux de cèdre au monde. «C’est la seule au monde, la seule dans l’univers que je peux dire aujourd’hui qui va exister de cette façon-là», commente le député fédéral de Madawaska-Restigouche, René Arsenault.

Waska estime que cette technologie unique permettra de doubler sa capacité de production.

Il aura fallu huit ans pour développer le brevet de ses nouveaux équipements. «Pour nous autres, c’est notre plus gros projet. Après 50 ans,il fallait faire le pas et vraiment se démarquer avec la nouvelle technologie», explique le président de l’entreprise Jacques Levasseur.

L’entreprise pourra ainsi satisfaire aux exigences de de nouveaux clients d’importance intéressés principalement par les produits de revêtements extérieurs. «Il n’y a pas longtemps, l’innovation et la foresterie ça n’allait pas de pairs, se rappelle René Arsenault. Mais on est rendu là, avec des produits forestiers on fait des produits extraordinaires.»

Les installations permettront d’embaucher 26 nouveaux employés qui s’ajouteront aux 90 existants. «Ça va être beaucoup moins exigeant au niveau de la formation de scieur qui est devenu un métier qui est très difficile à faire du recrutement», affirme le président.

Ressources naturelles Canada injectera 2,4 millions dans le projet qui devrait être complété au printemps. «Ici, on va combiner à la fois l’optimisation du produit si l’on veut, l’efficacité, parce qu’il n’y aura pratiquement pas de perte d’énergie, tout en protégeant l’environnement», assure le député fédéral.

Négociations avec les États-Unis

Depuis plus d’un an, cette industrie doit être particulièrement compétitive. Les États-Unis imposent une taxe de 20,23 % aux importations de bardeaux de cèdre. «On veut se positionner justement pour être plus productif, pour être plus efficace et utiliser mieux notre matière première. Donc, réduire les quantités de matière première», explique Jacques Levasseur.

Les négociations avec le département du commerce américain se poursuivent, même si elles ont très peu progressé dans les derniers mois. Jacob Cassidy, Haut-Madawaska.