Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

UNI et CCNB : les 2 institutions signent un partenariat

Publié le 15 septembre 2023 à 11:05, modifié le 15 septembre 2023 à 11:18

Par: Honorine Ngountchoup

« Moi j’aurais été de l’avant si j’avais eu cette opportunité en 2018. » dit Julie-Pier Robichaud, agente en communication chez UNI.

L’entente signée entre Uni Coopération financière et le CCNB a pour but d’offrir à des étudiants, une expérience qui alterne travail et études pendant leur passage au CCNB.

« Des programmes dans l’administration des affaires et donc principalement dans ce secteur là. On est actuellement à passer de la phase entente à la phase de planification. Donc au courant des prochains mois on va déterminer quel programme ouvrir, où? quand et comment? Explique Pierre Zundel, PDG du CCNB.

« On veut dès cette année, après qu’il va y avoir le travail de terrain de fait entre nos besoins et qu’est-ce que le collège peut offrir, commencer à se préparer pour les recevoir dans des stages de travail. Des stages rémunérés d’ailleurs parce que ça c’est surtout une lacune qui existe. » annonce Camille Thériault, président et chef de la direction chez UNI.

L’entente vise aussi à renforcer le perfectionnement des employés déjà sur le terrain. Julie-Pier est une ancienne étudiante en communication au CCNB. Elle travaille aujourd’hui chez Uni et se réjouit du pont créé pour faciliter l’intégration professionnelle des étudiants.
« Quand tu gradue du CCNB, ce n’est pas toujours facile de trouver un emploi parce que tu es beaucoup moins longtemps aux études que si tu vas à l’université. Donc des fois c’est juste un cours d’un an, puis tu arrives sur le marché du travail tu es plus ou moins prêt ou tu n’as pas de contact non plus.» raconte Julie-Pier Robichaud.

Uni veut prendre en main sa destinée en se positionnant auprès des étudiants et des nouveaux arrivants à la recherche d’emploi. Mais pour l’instant, aucune précision sur l’effectif visé par leur partenariat.

« De dire qu’il y a un nombre magique non. Aussi longtemps qu’on va pouvoir recruter des personnes qui vont vouloir, des personnes compétentes qui veulent passer à travers notre processus, on va continuer à en embaucher par ce qu’on a comme tous les autres employeurs cette pénurie d’employés là. » dit Camille Thériault.

Cette collaboration se veut gagnante pour lutter contre la pénurie de main d’œuvre. Et c’est sur une signature, que cette première entente qui durera 5 ans, va rentrer dans l’histoire des deux institutions.