Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Une séance ordinaire, hors de l’ordinaire

Publié le 16 mars 2020 à 21:40, modifié le 17 mars 2020 à 17:43

Par: Marie-Eve Cloutier

C’est devant une salle du conseil vide que les élus de Rivière-du-Loup ont annoncé officiellement aller de l’avant avec le projet de mise à niveau du Stade de la Cité des Jeunes, lundi soir.

La mairesse Sylvie Vignet a rappelé dès l’ouverture de la séance le contexte «peu ordinaire» de cette séance ordinaire, en pleine pandémie de coronavirus, raison pour laquelle la réunion s’est tenue à huis clos, excluant aussi les journalistes. La séance était cependant webdiffusée comme à l’habitude. 

Trois conseillers, Steeve Drapeau, Mario Bastille et Gérald Plourde, étaient d’ailleurs présents via vidéoconférence, dans les circonstances, afin de respecter les règles de quarantaine ou de suivre l’incitation, pour les personnes âgées de 70 ans et plus, de rester à la maison, par le gouvernement du Québec. 

La Ville a ainsi confirmé octroyer le contrat de mise à niveau de ses arénas au plus bas soumissionnaire, l’entreprise Construction Citadelle, comme l’avait confirmé Sylvie Vignet à CIMT Nouvelles la semaine dernière. 

La construction de la glace olympique, incluant l’excavation de 9500 m³ de roc, sera réalisée pour la somme de 9138000 $. La construction de salles de bain, de loges, d’un nouvel escalier et de nouveaux bureaux pour le service des loisirs au Centre Premier Tech, la construction de nouvelles toilettes et des gradins et la réfection du revêtement de plancher au Stade de la Cité des Jeunes coûtera près de 2245000 $. 

Le Carrefour maritime reporté

Les élus ont dû déposer un nouveau règlement d’emprunt lors de la séance afin d’assurer la réalisation du projet. Au lieu d’un montant maximal de 9419000 $, le plafond de l’emprunt pourra s’élever à 12532000 $.

«Le conseil souhaitait réaliser l’ensemble des travaux, malgré l’écart de prix constaté à l’ouverture des soumissions», a expliqué le conseiller Nelson Lepage. 

«On va de l’avant, car ça nous permet d’en finir et d’arrêter de vivre le jour de la marmotte avec ce projet. Nous allons reporter le projet de Carrefour maritime pour aller chercher l’argent qui nous manque» a précisé le directeur général de la Ville, Denis Lagacé. 

La mairesse s’est par le fait même défendue d’adopter ce nouveau règlement d’emprunt et de dévoiler la décision des élus dans ce dossier alors que la séance du conseil municipal était fermée au public. «Nous ne profitons pas du huis clos, comme certains ont dit sur Facebook. Notre décision était prise et la séance devait être publique au départ. Nous n’avons pas de cachette, mais des dates à respecter, il fallait faire vite et trouver le 3 M$ manquant», a plaidé Sylvie Vignet.