Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un voyage sportif et culturel enrichissant au Costa Rica

Publié le 17 avril 2019 à 17:56, modifié le 17 avril 2019 à 17:56

Par: Vincent Lanoie

Plusieurs jeunes joueurs de soccer reviennent d’un voyage au Costa Rica. Un périple de 10 jours qui avait pour mission d’en apprendre sur la culture du sport dans ce pays de l’Amérique Centrale, mais aussi comparer le calibre de jeu.

Ce sont près d’une trentaine d’élèves du programme sport-études de l’école secondaire de Rivière-du-Loup et de la concentration soccer de l’école secondaire de Dégelis qui ont participé à cette aventure. Chaque année, un voyage est proposé aux joueurs de soccer. Dans ce périple au Costa Rica, des matchs hors-concours ont été organisés contre des clubs locaux. Les joueurs ont réalisé que certains aspects de leur sport diffèrent d’un pays à l’autre.

«C’est vraiment une belle expérience, parce qu’on en sort grandi et ça nous a permis de nous améliorer, parce qu’ils n’ont pas la même technique de jeu que nous»,  a expliqué la louperivoise de 15 ans, Laurie Dupont.

«Ce voyage-là, j’y suis allé pour m’améliorer au soccer, puis en voyant les joueurs au Costa Rica, tu vois que c’est totalement un autre style de jeu. C’est très physique et les arbitres ne sifflent pas à chaque faute, alors qu’au Québec ça joue plus au ballon. Au Costa Rica, ça rentre», a mentionné Mavrick Denis.

Le groupe a assisté à un match professionnel pour constater à quel point la culture du soccer est forte dans ce pays. Les joueurs ont aussi été initiés au soccer de plage.

«Les Costaricains contre qui on a joué, les gars étaient vraiment forts. Le ballon reste toujours dans les airs. Ils ne jouent pas avec le ballon au sol quand il joue sur le sable. Ils lèvent le ballon et ils font des bicyclettes. Ils ont du plaisir et gardent toujours le sourire», a ajouté Denis.

De retour au Québec depuis samedi, tous se comptent chanceux d’avoir des surfaces de jeu de qualité.

«Là-bas les infrastructures n’étaient pas comme les nôtres ici, mais ça ne leur empêche pas de ne pas se rendre à la Coupe du monde. Les jeunes reviennent ici et se disent qu’ils sont bien installés, mais que là-bas, malgré tout, la culture du soccer est bien implantée», a raconté l’entraîneur, Charles-Olivier Daoust.

Après ce voyage en Amérique centrale, la prochaine destination pourrait bien être l’Italie.