Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un septième poursuite contre le diocèse d’Edmundston

Publié le 10 janvier 2019 à 08:51, modifié le 10 janvier 2019 à 10:22

Par: Jacob Cassidy

Le diocèse d’Edmundston fait l’objet d’une septième poursuite civile en lien avec l’inconduite sexuelle d’un de ses prêtres. Cette fois, ce sont les gestes du père Claude Levesque de Grand-Sault qui sont remis en cause. L’homme est aujourd’hui décédé.

Selon les documents déposés en cour, ce dernier se serait livré à des gestes à caractère sexuel sur un mineur. Les faits se seraient déroulés sur une période de 4 ans à la fin des années 70. La victime était âgée de 7 ans et fréquentait la paroisse de l’Assomption lorsque les abus ont débuté. Les gestes auraient principalement été posés dans la sacristie de l’église et au presbytère.

Avec son statut de prêtre, le présumé agresseur avait développé un lien de confiance avec la victime et se trouvait en position d’autorité.

Contrairement, aux autres dossiers similaires,  le prêtre lui-même n’est pas visé par la poursuite. C’est le diocèse d’Edmundston et la Fondation du diocèse qui sont mis en cause.

La poursuite prétend que le diocèse était responsable des gestes posés par Levesque. Les autorités ecclésiastiques entre autres été négligentes en omettant de reconnaître qu’un certain pourcentage de ses prêtres risquait de développer une déviance sexuelle.

On prétend également que lorsqu’il a été informé des comportements inappropriés de son employé, le diocèse d’Edmundston aurait tenté de les couvrir plutôt que d’intervenir. Dans le cas où l’organisation ignorait les faits reprochés, elle aurait manqué à mettre en place des processus adéquats pour surveiller les activités de ses prêtres.

Le plaintif, réclame des dommages et intérêts pour les problèmes physiques et psychologiques qui se sont développés à la suite des événements.

Six autres poursuites

Le Diocèse d’Edmundston fait face à six autres poursuites en lien avec d’autres actes de nature sexuelle posés par le prêtre Rino Deschênes. Tous ces dossiers sont toujours en attente d’une décision d’un juge.

En 2015, Deschênes a écopé d’une peine d’emprisonnement de sept ans et demi après avoir plaidé coupable à quatre accusations.