Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un projet pilote pour le service ambulancier de Shippagan

Publié le 30 novembre 2018 à 15:51, modifié le 30 novembre 2018 à 15:53

Par: Philippe-Simon Bellavance

Depuis le 29 novembre, la station de Shippagan peut compter sur une nouvelle unité d’intervention rapide.

La Péninsule Acadienne pourra maintenant compter sur une nouvelle unité d’intervention rapide qui sera située à la station de Shippagan. L’ajout de cinq nouvelles unités à travers la province, fait partie d’un projet pilote mis en place par le gouvernement du Nouveau-Brunswick et Ambulance NB. Les stations des communautés de Minto/Chipman, Grand Bay-Westfield, Kedgwick/Saint-Quentin et du sud-ouest de Miramichi prennent également part au projet. Ces nouvelles unités seront en place 12 heures par jour, 7 jours sur 7. Le directeur régional de la région nord d’Ambulance NB, Jacques Charest, affirme que la station de Shippagan a été choisie parce que la Péninsule Acadienne représente un grand territoire qui reçoit un volume d’appels assez important. Ce dernier ajoute qu’il devenait nécessaire d’ajouter une ressource supplémentaire pour soutenir le réseau ambulancier en place. Le directeur régional mentionne également à titre d’exemple, que l’unité d’intervention d’urgence sera déployée lorsque les autres unités seront occupées ou lorsqu’elles devront effectuer des transferts entre les hôpitaux.

Selon Steve Hébert qui agit en tant que paramédic sur la nouvelle unité d’intervention rapide de Shippagan, le projet pilote pourrait favoriser la rétention des ambulanciers actuellement en poste qui songeraient à quitter ou à prendre leur retraite. Steve Hébert poursuit en affirmant qu’avec cette ressource supplémentaire, certains de ses collègues ambulanciers pourraient décider de rester en poste pour une période supplémentaire située entre 5 et 15 ans selon la situation spécifique des personnes concernées. Le paramédic conclut en affirmant que des ajustements devront probablement être apportés en cours de route. Il pourrait y avoir des modifications à apporter sur la façon dont les véhicules seront déployés dans les différents territoires. La durée du projet pilote a été établie à 2 ans.