Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Alerte info

Un accident mortel est survenu sur la route 132, à Hope Town, vers 13h30 cet après-midi.

Nouvelles

Un pas de plus vers une caserne incendie à Saint-Ludger

Publié le 23 septembre 2019 à 22:56, modifié le 24 septembre 2019 à 16:59

Par: Marie-Eve Cloutier

La Ville de Rivière-du-Loup a franchi une étape supplémentaire dans son projet de construction de caserne incendie dans le quartier Saint-Ludger.

Les élus ont adopté la modification de zonage permettant l’agrandissement de la superficie commerciale des terrains situés aux angles des rues Témiscouata et des Cheminots lors de la réunion du conseil municipal lundi soir. Cette modification sera possible en empiétant sur une partie de la zone résidentielle donnant sur la rue Beaulieu, adjacente aux terrains convoités pour la nouvelle caserne de pompier. Aucune personne dans les zones concernées par cette modification de zonage n’a demandé la tenue d’un processus d’approbation référendaire. Pourtant, quelques citoyens avaient manifesté leur opposition quant au choix de cet emplacement lors de la séance du 9 septembre dernier.

« C’est sûr que lorsque c’est socialement accepté, c’est plus facile et plus plaisant de faire avancer un projet », a mentionné la mairesse Sylvie Vignet.

La prochaine étape à franchir sera cependant soumisse elle aussi à ce même exercice démocratique.

« On va commencer à travailler le projet pour aller en appel d’offres pour le règlement d’emprunt. Si, par exemple, ça sort à 9 M$ et que les citoyens refusent d’emprunter cette somme pour une nouvelle caserne, ça va s’arrêter là. Les citoyens ont le droit de se prononcer. Mais il faudrait à ce moment-là 1250 signatures », précise Mme Vignet.

Affaire Moïse Mayer: 292 000 $ en frais d’avocat

Par ailleurs, la mairesse a également annoncé que le dossier concernant le pompier Moïse Mayer est finalement clos. L’ancien capitaine du service de sécurité incendie de la Ville de Rivière-du-Loup avait été congédié en 2014. Il avait alors déposé des plaintes à l’endroit de son ancien employeur, prétextant que son congédiement était injustifié. La cause est d’abord passée entre les mains du Tribunal administratif du travail avant de se rendre jusqu’en Cour supérieure du Québec.

Rivière-du-Loup a dû débourser près de 300 000 $ pour sa défense dans cette affaire.

« Le dossier est retourné en cour au moins à cinq reprises. Il a contesté à chaque fois la décision des juges, mais chaque fois, la décision était en notre faveur. Il faut bien se défendre », a plaidé la mairesse Vignet.