Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un nouvel envol pour l’aéroport de Saint-Jacques

Publié le 13 décembre 2018 à 16:34, modifié le 13 décembre 2018 à 16:34

Par: Jacob Cassidy

Depuis quelques semaines, il y a beaucoup de mouvement à l’aéroport du Madawaska. Les ouvriers finalisent l’installation du nouveau terminal. Il s’agit de l’étape finale d’une série d’investissements évalués à près de 700 000 dollars.

Près de cinq ans après avoir achetél’aéroport de Saint-Jacques, Aéroport du Madawaska vient de faire l’acquisition d’un nouveau terminal.

«C’est la première fois que je rentre dedans, c’est le fun, on n’a pas pris possession encore du bâtiment. Ils sont encore en train de finaliser les travaux. Il y a une dizaine d’éléments dans la bâtisse qui doivent être finalisés», confie le président d’en l’organisation, Luc Michaud.

Aucun investissement majeur n’avait été effectué depuis une trentaine d’années.

Le nouveau bâtiment offrira des espaces mieux adaptés aux usagers, dont l’équipe de l’avion ambulance. «Avant que le patient se rende ici, et que l’avion arrive, il y a des moments d’attente. Des fois ça peut être quelques heures. On va avoir de la place pour s’assoir avec des salles de bains propres», affirme-t-il.

Le projet, financé par Ottawa et Fredericton, comprend aussi l’installation de 14 000 pieds linéaires de clôture pour la faune et la rénovation des différents hangars.

Ces améliorations ouvrent la porte pour développer les activités de l’aéroport.

«On commence déjà à travailler avec des entreprises et ça va être du partenariat, explique Luc Michaud. C’est du service de vol nolisé et on y va avec la demande, on y va avec qui veut aller à telle place dans quels moments.»

Avant de parler d’attirer des transporteurs aériens, Aéroport du Madawaska croit qu’il faut prouver qu’il y a de l’intérêt. L’objectif ultime, c’est qu’un avion s’installe de façon permanente dans la région.

«Un avion basé ici, c’est beaucoup plus facile. On diminue les coûts. Exemple quand le Blizzard sont venu, c’était Montréal. Parce que l’avion était basé à Montréal. C’était Montréal-Edmundston, Edmundston-Yarmouth et retour à Montréal. Ça fini par coûter plus cher», relate-t-il.

Les administrateurs de l’aéroport veulent entrer en contact avec les entreprises et particuliers de la région qui souhaiteraient utiliser ce genre de service.