Pour consulter l'ancien site, cliquez ici.
Prévisions météo
État des routes
Marées

Nouvelles

Train en Gaspésie: Gaétan Lelièvre veut un échéancier clair

Publié le 22 novembre 2017 à 11:20, modifié le 22 novembre 2017 à 11:30

Par: Stéphanie Collin

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a adressé une question hier à l’Assemblée nationale concernant le dossier du train en Gaspésie.

Il a d’entrée de jeu rappelé que les Gaspésiens, les touristes et les gens d’affaires non plus accès à un service de transport ferroviaire depuis bientôt 4 ans et que les impacts économiques ne sont pas à négliger.

Depuis l’annonce du 100 millions pour la réhabilitation du chemin de fer en Gaspésie, il n’y a pas eu d’échéancier clair divulgué. Le député de Gaspé a fait une demande en ce sens.

«Le gouvernement a annoncé il y a quelques mois une somme de 100 millions et aucune information précise n’a été rendue publique quant au déploiement de cette somme. Il y a quelques semaines nous avions une rencontre avec les élus de la région, avec le nouveau ministre de la région. J’ai demandé au nouveau ministre que son gouvernement dépose dans les meilleurs délais, une planification de l’engagement de ces fonds. Quand le gouvernement du Québec pourra-t-il déposer un échéancier complet et précis du déroulement des travaux?», demande Gaétan Lelièvre, député de Gaspé.

«Je me suis engagé auprès d’eux d’ailleurs à le transmettre par écrit et c’est ce que je ferai au cours des prochaines semaines. Ce qui est important, c’est que les gens sachent que malgré l’absence d’équipement sur les lieux, il y a des travaux concrets qui se passent, notamment les travaux de planification de ces travaux», explique Pierre Moreau, ministre responsable de la région Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

Gaétan Lelièvre a également profité de son droit de parole pour demander au gouvernement de réparer le pont de Haldimand à Gaspé pour ainsi permettre la reprise du service du train touristique L’Amiral.

Selon lui, cette réparation est le principal obstacle à la réouverture du tronçon Gaspé-Percé qui nécessiterait selon l’évaluation de la Société de chemin de fer de la Gaspésie moins de deux millions de dollars pour sa réparation.