Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Places en service de garde : clivage entre les chiffres et la réalité

Publié le 9 octobre 2019 à 12:05, modifié le 9 octobre 2019 à 16:56

Par: Marie-Eve Cloutier

On vous en parlait le mois dernier : plusieurs services de garde privés non reconnus ont décidé de fermer, en raison de règles plus strictes imposées par Québec. La grogne des parents continue de se faire sentir. Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, tente de les rassurer.

Il a fait valoir, par voie de communiqué, que tous les moyens sont pris pour améliorer l’accès à des places en services de garde éducatifs pour les tout-petits de la région. Il indique que son gouvernement met le pied sur l’accélérateur pour la création de près de 11 000 places subventionnées, octroyées en 2011 et 2013. Les cartes modélisant l’équilibre entre l’offre et la demande ont été mises à jour (cliquez ici pour la situation actuelle et ici pour celle à venir).

Discordance entre chiffres et réalité

S’il y a des places disponibles, les parents ne les trouvent pas! Les témoignages de ceux qui cherchent pour leurs enfants se multiplient.

Selon l’Association québécoise des milieux familiaux éducatifs privés (AQMFÉP), ces places disponibles ne viennent pas nécessairement pallier la fermeture des services de garde non reconnus. « Présentement, les parents ne sont pas nécessairement sur la liste 0-5 ans dans l’attente d’obtenir une place en milieu reconnu ou en CPE. Les parents cherchent des places en milieu familial, les couleurs du milieu familial, qui offre à leurs enfants un milieu comme celui à la maison », soutient Sophy Forget Bélec, présidente de l’AQMFÉP.

Selon Mme Bélec, d’autres fermetures pourraient survenir ce printemps, si le ministre va de l’avant avec son projet qui vise à reconnaitre tous les milieux de garde.