Pour consulter l'ancien site, cliquez ici.
Prévisions météo
État des routes
Marées

Nouvelles

Exclusif

Pas de gros chiens dans le parc de l’Amitié

Publié le 6 décembre 2017 à 17:11, modifié le 6 décembre 2017 à 17:28

Par: Jasmin Dumas

Les chiens de plus de 10 livres sont maintenant officiellement interdits dans les maisons du parc de l’Amitié à Notre-Dame-du-Portage. C’est un règlement qui était contesté par plusieurs propriétaires, mais un juge de la Cour supérieure a tranché.

Deux familles devront se départir de leur chien, c’est ce que le juge a ordonné. Mais avec ce jugement, d’autres familles risquent de subir le même traitement.

Le parc de l’Amitié a été acheté en 1995 par Léopold Lapointe. En 2008 il a instauré un règlement interdisant les gros chiens. Puis à partir de 2009 lorsqu’il a commencé à vendre des terrains, il tenait à ce qu’une clause dans les contrats de vente interdise aux nouveaux propriétaires d’avoir un chien de plus de 10 livres. Il y a un groupe de résidents qui jugeait que cette clause était caduc puisque le règlement municipal autorise les familles à avoir deux chiens, peu importe la grosseur. Mais le juge s’est rangé derrière M. Lapointe.

Cette décision a des répercussions, comme sur cette famille dont le père travaille de nuit, qui a carrément décidé de déménager.«Avec le gros chien, aussitôt qu’il y avait un bruit il venait me voir, ça me réveillait, j’allais voir les filles et ça me sécurisait», indique Sarah-Emmanuelle Labrie, mère de deux enfants. «Notre déménagement était prévu mais on va devancer. On va devoir faire des sacrifices, ça va nous mettre serré dans le budget mais on n’a pas le choix», ajoute son conjoint Patrick Proulx.

 

Celui qui a vendu les terrains, Léopold Lapointe, explique avoir inscrit cette clause pour des raisons de sécurité. Il dit qu’au début des années 2000, deux personnes se seraient fait mordre et les résidents lui ont demandé d’agir, il a donc interdit les gros chiens.

Léopold Lapointe se dit entièrement satisfait du jugement et précise qu’il n’a forcé personne à acheter ses terrains: «S’ils ne voulaient pas cette clause-là, ils avaient juste à acheter ailleurs. Il y a des normes, je suis obligé de faire respecter ses normes-là pour les gens qui ont peur des chiens.»