Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le web pour promouvoir les produits de l’atlantique

Publié le 12 mars 2019 à 13:39, modifié le 12 mars 2019 à 15:14

Par: Jacob Cassidy

Le Centre de commercialisation et d’exportation du Canada atlantique pourrait bientôt voir le jour au Madawaska. L’idée avait été lancée en 2016 par la sénatrice Pierrette Ringuette. Le projet a obtenu aujourd’hui un coup de pouce d’Ottawa pour le développement d’un plan d’affaires.

L’avenir des entreprises manufacturières du Canada atlantique pourrait bien se trouver sur le web. Une nouvelle plateforme virtuelle pourrait bientôt voir le jour pour faire la promotion des biens et services des provinces maritimes. «Les entreprises actuellement qui font de l’exportation  et qui passent à travers une vitrine virtuelle sont les seules qui connaissent des croissances foudroyantes», affirme le député fédéral, René Arsenault.

Dans la région seulement une entreprise manufacturière sur 5 exporte à l’international. «On a identifié au-delà de 23 000 entreprises en Atlantique qui devraient faire de l’exportation», assure la sénatrice.

«Nos entreprises sont focalisées à livrer leurs produits et leurs services et d’obtenir l’expertise pour pouvoir faciliter l’exportation de leurs produits et croître leur entreprise c’est un défi pour eux.» – Rémi Massé, Secrétaire parlementaire du ministre responsable de l’APECA

Le centre, dont le siège social sera situé à Saint-Basile, aura pour but d’alléger la lourdeur des processus administratifs et logistiques liés au commerce international. «Le bureau concentrera toutes les expertises dans le domaine de l’exportation à un endroit, mais à la disposition de tous les manufacturiers de l’Atlantique», explique M. Arseneault.

Contrairement au Québec ou à l’Ontario, les gouvernements des provinces maritimes n’ont pas les moyens d’installer des bureaux commerciaux à l’étranger. «C’est quoi notre outil alternatif pour devancer tout cela et promouvoir les produits de l’Atlantique? On se tourne vers une plateforme électronique», mentionne Pierrette Ringuette.

Le plan d’affaire de l’organisme à but non lucratif devrait être présenté dans les prochaines semaines. D’autres subventions gouvernementales devraient ensuite financer la mise en place de l’équipe et de la plateforme du centre.