Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La fin des restrictions au Nouveau-Brunswick réjouit les Québécois

Publié le 30 juillet 2021 à 17:22, modifié le 30 juillet 2021 à 17:34

Par: Emmanuel Renaud

Les déplacements entre le Nouveau-Brunswick et le Québec sont restreints et difficiles depuis le début de la pandémie de COVID-19. Après plus d’un an et demi, la levée de l’état d’urgence du gouvernement de Blaine Higgs qui prendra vigueur à partir de minuit vendredi réjouit les Québécois.

C’est le 25 mars 2020 que la province du Nouveau-Brunswick a installé pour la première fois des postes de contrôle à ses frontières. Depuis ce temps, des assouplissements ont été annoncés à quelques reprises, mais cette fois-ci, c’est la levée complète. Cette nouvelle réjouit des Québécois qui pourront maintenant visiter la province voisine sans restriction.

« Ça va reprendre notre liberté, on fait partie de la même communauté les deux côtés du pont »

« C’est bon, c’est à peu près le temps, je reste l’autre bord et je vais toujours faire mes choses de ce bord ici. Ça fait mon affaire »

« Je suis très content de ça, je peux traverser comme je veux »

« Ça va simplifier la vie à bien des gens, on va pouvoir aller faire nos courses de l’autre côté et reprendre un petit peu une vie normale »

« Si on avait besoin de quelque chose, il fallait venir à Carleton ou aller à Amqui ou à Causapscal. Ça représentait beaucoup de dépenses »

Le passage en phase verte soulage également des acteurs économiques de la province. La présidente de la Chambre de commerce Cap-Pelé / Beaubassin-est, Christine Duguay, est heureuse de pouvoir accueillir à nouveau des Québécois au Nouveau-Brunswick.

« C’est sûr que pour notre économie ici et pour le tourisme, c’est très très important. Les Québécois nous ont toujours supportés. Ils viennent ici sur la plage. Ils aiment le français qui est parlé ici. Donc, on est très content de voir les Québécois arriver », assure madame Duguay.

En Gaspésie, malgré l’ouverture de la frontière, la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs croit que les Québécois resteront fidèles aux commerces locaux.

« Au point de vue économique, oui éventuellement il va y avoir un impact. Mais l’impact est-ce qu’il sera majeur, je ne crois pas! », soutient le président de la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs, Maurice Quesnel.

De son côté, le député de Bonaventure estime que l’ouverture de la frontière est une bonne chose pour les familles et les travailleurs. Il se questionne toutefois sur la légitimité des points de contrôles instaurés par le gouvernement de Blaine Higgs.

« Je ne suis pas contre les mesures sanitaires, le port du masque et la distanciation. Mais rien statistiquement ne légitimait une fermeture aussi drastique des frontières », explique le député de Bonaventure, Sylvain Roy.

Cette mesure était selon lui une attaque contre la francophonie acadienne et québécoise.

« Nous sommes le même bassin socio-économico-culturel. Les gens se sont mariés entre eux, ils font des affaires entre eux, ils ont la même culture, les mêmes misères, les mêmes modes de réflexion. On est pareil et on nous a empêchés de nous rencontrer et de nous voir. Et ça, j’ose espérer qu’on ne verra plus jamais ça! », s’exprime monsieur Roy.

À la veille d’une quatrième vague de Covid-19, Sylvain Roy croit que le gouvernement Legault devra avoir une discussion avec le Nouveau-Brunswick pour éviter que des évènements de la sorte se reproduisent.