Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Judo : Caroline Filion est la première trisomique à obtenir sa ceinture noire au Canada

Publié le 12 juin 2019 à 14:49, modifié le 13 juin 2019 à 08:28

Par: Eve Beauregard

Caroline Filion de Baie-Saint-Paul vient de réaliser tout un exploit. Après 12 ans de pratique, elle est devenue la première personne vivant avec la trisomie 21 à obtenir sa ceinture noire de judo au Canada.

Depuis bientôt un mois, Caroline Filion est aux anges. Elle a non seulement marqué l’histoire, mais elle a aussi réalisé son plus grand rêve. « Depuis que j’étais petite, je rêvais ça », explique Caroline Filion. « Elle rêve depuis ce temps-là, elle se promène avec sa ceinture partout. C’est merveilleux! », s’exclame pour sa part Diane Amyot, son entraineuse de judo.

Caroline a dû être patiente avant que Judo Québec accepte qu’elle tente sa chance à l’examen de ceinture noire.  « Judo Québec nous a mentionné qu’exceptionnellement, ils acceptaient qu’on fasse un examen pour une ceinture noire, spéciale, qui dérogeait du syllabus », nous apprend Nancy Girard, trésorière au club de judo Sakura de Baie-Saint-Paul.

 

Une fois à l’examen, il en a fallu peu pour qu’elle impressionne tous ceux présents sur place.  « Quand ils ont vu Caroline, ils sont tous sortis avec les larmes aux yeux, se rappelle Diane Amyot. Regarde, on est capable de faire de quoi avec des gens spéciaux comme ça. »

Quelques minutes ont suffi aux juges pour lui décerner l’un des plus hauts grades de judo. Un moment émouvant pour la judoka de 45 ans.  « Moi, j’étais émue. Je pleurais puis j’ai eu une émotion. J’ai fait ça de même avec la main d’Alexandre », confie-t-elle en serrant la main de son partenaire d’entrainement.

Une motion de félicitations lors du conseil municipal

La Ville de Baie-Saint-Paul a tenu à lui décerner une motion de félicitations pour son exploit. Tour à tour, les conseillers de la ville ont serré la main de la judoka pour saluer son travail acharné.

Pour son entourage, elle est un exemple à suivre en matière de persévérance. « Des Caroline, il y en a partout, dans plein d’autres sports. Ce qu’on veut, c’est montrer aux gens, justement, que quand on veut, on est capable de dépasser ces limites-là », souligne Nancy Girard.

« Ça permet aussi à ceux qui restent marron [de se dire]  ‘Eille, elle, elle est trisomique et elle a réussi à avoir sa noire. Moi je suis quoi-là? Avec un peu de persévérance, peut-être que je pourrais y arriver’ », apporte quant à elle Diane Amyot.