Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Incendie à Saint-Marc-du-Lac-Long : la famille est sous le choc

Publié le 29 novembre 2021 à 17:53, modifié le 30 novembre 2021 à 10:54

Par: Guillaume Cotnoir Lacroix

Maxime Caron, Myriam Bélanger-Beaudry et leurs trois enfants vivent des émotions en montagne russe, depuis qu’un incendie a ravagé leur résidence de Saint-Marc-du-Lac-Long dans la nuit de samedi à dimanche. S’ils ont tout perdu, l’élan de solidarité qui a suivi l’incendie met un baume sur leurs blessures.

Devant les débris, Maxime et Myriam parlent avec émotion des événements. Un bris électrique serait à l’origine du brasier qui a tout rasé sur son passage.

« Un peu comme le pompier nous a dit, si ce n’était pas du détecteur de fumée, on y passait tout le monde. » – Maxime Caron, sinistré

Dans la maison du 3e rang de Robinson, samedi soir, tout le monde dormait paisiblement. La jeune famille n’aura eu que quelques minutes pour sortir.

« On n’a comme rien vu. On a vu le feu en haut et ç’a été go, go, go, il faut sortir les enfants. J’ai quand même trois enfants à sortir de la maison », raconte Myriam, visiblement encore sous le coup de l’adrénaline.

Les émotions sont encore vives pour le couple, arrivé de Montréal il y a un peu plus d’un an. « Je remercie le bon Dieu de nous avoir sauvés, parce que si je n’avais pas eu mes enfants, je pense que je n’aurais pas survécu », souffle la maman, en peinant à retenir ses larmes.

Les pompiers ont travaillé d’arrache-pied pour sauver une résidence qui se trouve tout juste à côté, résidence qui va d’ailleurs accueillir la famille au cours des prochaines semaines. Un pompier a été brûlé aux bras en coupant un arbre en feu qui se trouvait à proximité.

« J’aimerais bien ça le remercier en personne. On va s’arranger pour aller le voir. Il s’est brûlé la main et le bras, justement pour éviter de brûler ça, cette belle maison-là, et de nous aider le plus possible », lance Maxime, en ajoutant que la maison qui se trouve à côté est celle de sa mère.

Déjà, une mobilisation impressionnante permet à la famille de respirer un peu mieux. Deux amies ont lancé une campagne de financement et ont aussi récolté des jouets, des vêtements et des denrées.

« Déjà, en plein cœur de la nuit, il y a des gens qui nous écrivaient, déjà des sous qui rentraient dans le GoFundMe. » – Jessica Corbin, une amie et voisine de la famille

Il suffit de voir ce que la famille a réussi à sortir de la maison pour comprendre l’importance de cette campagne de financement. Dans la maison qui servira d’hébergement temporaire pour les prochaines semaines, Maxime pointe un lit sur lequel sont étendus quelques morceaux de linge. Ce sont les seuls souvenirs de leur maison, à eux.

« Il faut recommencer à zéro, on n’a plus rien. J’ai réussi à sortir un panier à linge, mon chien, mon chat et c’est tout. Je ne pouvais plus rien faire d’autre, il y avait trop de fumée dans la maison », explique-t-il.

Jessica Corbin, qui a lancé la page GoFundMe, souligne que les dons en argent sont toujours les bienvenus, tout comme les vêtements pour homme, pour femme et pour les enfants de 9 ans, 2 ans et 6 mois.

« Que ce soit en argent, que ce soit des dons. On aurait besoin de serviettes, de débarbouillettes, des serviettes pour les bébés. Aussi minime soit-il, chaque don a sa valeur », explique la voisine des sinistrés, qui est également représentante du comité des loisirs de la municipalité.

Devant cet élan de générosité, Myriam et Maxime se disent reconnaissants.

« J’ai juste un gros merci à dire, lance Myriam. Si tout le Témiscouata, ou toute la ville n’avait pas été là pour nous aider, on se serait ramassés avec rien, on serait dans la maison vide. Là, au moins, les enfants ont des jouets un peu », lance-t-elle, émue.

Pour retrouver un peu de magie dans ce temps des fêtes, les dons de décorations de Noël sont aussi bienvenus. De quoi illuminer les yeux des enfants, après cette épreuve difficile.

Pour les détails de l’incendie, consultez l’article ici.