Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Fredericton ne supportera pas les cliniques privées

Publié le 29 mars 2019 à 12:47, modifié le 29 mars 2019 à 13:23

Par: Jacob Cassidy

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick s’est prononcé sur la situation des infirmières praticiennes au nord-ouest.

Selon lui, les cliniques privées encouragent un système médicale à deux vitesses qui permet aux plus fortunés d’obtenir de meilleurs services. Hugh Flemming assure que son gouvernement n’encouragera pas l’implantation de cliniques privées dans la province.

Il abonde dans le même sens que le réseau de santé Vitalité en précisant que la loi ne permet pas ce type de pratique. Le ministre de la Santé explique qu’il n’est pas souhaitable que les patients, qui évitent les listes d’attente en passant par le privé, viennent se mélanger aux personnes déjà dans le système public lorsque vient le temps de passer des tests à l’hôpital.

Le ministre a préféré éviter de se prononcer sur les raisons qui ont fait en sorte que deux infirmières praticiennes d’Edmundston aient pu mettre en place ce type de pratique dans les dernières années.

Plus tôt cette semaine, le député d’Edmundston-Mawdawaska-Centre, Jean-Claude D’Amours, demande qu’une clause grand-père soit appliquée pour permettre aux deux infirmières praticienne de la région de maintenir leurs services au privé.