Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Décès d’Adrienne Côté: la famille dénonce des manquements

Publié le 12 juin 2019 à 14:34, modifié le 13 juin 2019 à 11:50

Par: Fabienne Tercaefs

La famille et des représentants du CISSS du Bas-Saint-Laurent ont témoigné aujourd’hui lors de la deuxième journée de l’enquête publique sur le décès d’Adrienne Côté. La dame est décédée en avril 2018 à la suite d’une fracture de la hanche à la résidence pour aînés Le Couvent de Trois-Pistoles.

Carole Dubé, l’une des filles de la défunte  est revenue sur les circonstances de la chute de sa mère. Alors qu’Adrienne Côté est tombée dans sa chambre le 4 mars en soirée, elle n’a été avertie que le lendemain matin à 6h45. Un message sur son répondeur indiquait simplement que sa mère allait être emmenée à l’hôpital. Carole Dubé s’est immédiatement rendue au Couvent où elle a reçu peu d’informations sur les circonstances de l’accident. Elle n’a jamais rencontré les préposés présents au moment des faits et n’a pas cherché à entrer en contact avec eux. Elle dénonce certains manquements dans la prise en charge de sa mère. « C’est que la petite préposée qui a trouvé maman, assise dans sa chaise, n’avait pas sa formation. Elle est allée chercher un collègue de travail qui lui l’avait sa formation. Mais, il n’a jamais pris les signes vitaux de maman, il n’a jamais pris sa pression. Au départ, c’est ce qui aurait dû être fait en premier lieu. » explique-t-elle.

L’ancienne propriétaire de la résidence, Sophie Drolet, avait été appelée à la barre, mais elle n’était pas présente pour des raisons de santé. Une inspectrice et l’adjointe au directeur Qualité du CISSS du Bas-Saint-Laurent ont également témoigné. Elles ont mis en lumière de nombreux manquements : des dossiers de résidents non mis à jour, des médicaments périmés ou sans prescription médicale, une communication déficiente entre préposés ou entre la direction et les employés. Tout l’historique du plan de redressement du Couvent a également été dévoilé.

Diane Dubé, la seconde fille d’Adrienne Côté a déclaré qu’elle ne voulait pas que ce genre d’événements se reproduisent pour d’autres familles. « On ne donne pas les clés d’une bâtisse avec toute cette responsabilité-là avec des gens qui n’ont pas toutes les compétences, même au niveau de la direction. (…) La démarche est vraiment qu’il n’y en ait plus des conditions comme ça.’’

Les audiences reprendront demain avec les recommandations.