Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

De l’aide pour les futurs regroupements municipaux

Publié le 14 mars 2019 à 15:16, modifié le 14 mars 2019 à 16:18

Par: Alexie André Belisle

Plus d’aide pour les villages et DSL qui fusionnent, c’est ce que promet l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick.

Le regroupement des municipalités est une réalité.  Plus de doute, que ça plaise ou non, il faudrait s’y faire!  Le gouvernement fédéral a d’ailleurs annoncé récemment d’importants investissements pour appuyer des projets de gouvernance locale.  L’Association vient d’ouvrir deux postes, un de chercheur et un de coordonateur pour aider les citoyens qui veulent se regrouper explique la directrice par intérim Eugénie Bouchard :

« Dans le fond pour accomplir ce projet-là qui est très large et très vaste une des nouveautés c’est qu’on a créé deux nouveaux postes à l’Association qui vont être des postes en gouvernance locale. »

Un regroupement ne se fait pas en claquant des doigts. Beaucoup d’efforts doivent être consacrés pour réaliser les études de faisabilités et les prévisions budgétaires précise-t-elle :

« C’est un processus qui est quand même assez long et qui repose à ce moment-ci sur les épaules de bénévoles, un comité de bénévoles du projet de regroupement souvent les administrations municipales vont être quand même impliquées quand il y a une municipalité d’impliquée dans le regroupement. »

Cette aide aurait pu jouer un rôle essentiel lors du regroupement de Tracadie en 2014 selon le maire de la municipalité Denis Losier que toute aide qui pourrait être apportée, je pense qu’elle peut être significative. »

Certaines erreurs de prévisions budgétaires auraient notamment pu être évitées selonb lui :

 « On a fait certaines prévisions budgétaires qui étaient beaucoup optimistes. On pensait qu’avec ces prévisions-là, on aurait pas besoin d’avoir des hausses de taxe plus significative que le 1,9% . »

Il pense que plus d’aide du gouvernement serait aussi nécessaire : « le défi ou la peur ou la crainte des citoyens de se regrouper c’est la question fiscale, c’est la taxation. Il va falloir trouver des moyens convaincants mais des promesses qui sont réalisables pour justement s’assurer qu’on se dirige vers une pleine municipalisation. »

En attendant, l’appel de candidatures pour les deux postes à combler à l’Association se termine vendredi.