Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

COVID-19 : Pas de retour à l’école avant le mois de mai

Publié le 22 mars 2020 à 15:12, modifié le 22 mars 2020 à 15:12

Par: Marie-Eve Cloutier

C’est confirmé : le retour en classe n’aura pas lieu avant le mois de mai dans les écoles au Québec.

Le gouvernement en a officiellement fait l’annonce dimanche. Encore hier, le premier ministre François Legault laissait entendre que tout portait à croire que la fermeture des écoles serait prolongée bien au-delà du 30 mars.

Ce sera le cas du moins pour les établissements scolaires de niveau primaire et secondaire. Pour ce qui est des cégeps et des universités, le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur souhaite que des cours soient offerts en ligne afin que les étudiants puissent terminer leur année scolaire.

En ce qui concerne les services de garde d’urgence mis en place lundi dernier, ces derniers demeureront en place également jusqu’au 1er mai prochain.

François Legault demande également au personnel enseignant et à celui des services de gardes présentement au chômage de contribuer en faisait du bénévolat, si possible. « Aller aider les organismes communautaires, car beaucoup de bénévoles sont âgés de plus de 70 ans et doivent rester chez eux », a fait valoir le premier ministre.

Pas d’examen du ministère

Par ailleurs, les élèves de 4e année et de 6e année au primaire, ainsi que ceux de 2e, 4e et 5e secondaire qui doivent normalement se soumettre aux examens obligatoires du ministère de l’Éducation en seront exemptés cette année.

Questionné à savoir si tous les élèves allaient automatiquement passer au niveau suivant si jamais l’école devait reprendre seulement en septembre prochain, le ministre de l’Éducation a réitéré que l’école pouvait toujours recommencer en mai et que l’année scolaire 2019-2020 puisse être terminée. « Dans le cas contraire, on va demander aux enseignants de tenir compte des évaluations précédentes, car nous avons déjà émis deux bulletins de notes. La décision leur reviendra de faire passer un élève ou non. Par exemple, un élève en grande difficulté d’apprentissage ne sera pas promu à l’année suivante », a indiqué Jean-François Roberge.

Le ministre a aussi mentionné qu’il sera permis éventuellement d’aller récupérer du matériel scolaire dans les écoles, à partir de la semaine prochaine.

« Le tout devra être coordonné avec prudence, peu de parents d’élève à la fois. On priorisera les enfants qui ont des difficultés afin que ces derniers puissent poursuivre leurs apprentissages à la maison », a prévenu le ministre.