Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Vaccination au N.-B.: engouement pour la deuxième dose au Nord-Ouest

Publié le 14 juin 2021 à 15:15, modifié le 14 juin 2021 à 20:17

Par: Gilles Duval

Au Nouveau-Brunswick, des assouplissements aux frontières sont imminents. L’objectif de vaccination est presqu’atteint (74,8 %).  Pendant ce temps, on constate un engouement des citoyens, qui veulent recevoir leur deuxième dose.

Très tôt ce matin, les gens ont fait la file pour recevoir l’une des 170 doses du vaccin Pfizer disponibles à une clinique sans rendez-vous à Saint-Jacques. Plusieurs ont dû rebrousser chemin car tous les laissez-passer ont rapidement été attribués.

VOX POP 1

-«C’était important qu’on vienne tout de suite pour notre deuxième dose, moi et mon mari».

-«Écoute c’est fait, on est prêt pour la bulle».

Malgré le fait qu’ils ont reçu deux doses, les gens estiment que la prudence sera toujours de mise.

VOX POP 2

-«Si j’ai des symptômes, je n’irai pas en public pour rien; j’irai me faire tester».

-«On va rester prudent quand même, on n’a pas fini avec ça cette crise-là».

-«J’ai l’intention de toujours me laver les mains avant d’entrer et sortir; porter un masque s’il le faut».

Certains ont volontairement choisi le vaccin Pfizer.

VOX POP 3

-«Parce que ça nous avait été dit que c’était lui le plus efficace, le meilleur».

-«C’est un choix volontaire de ma part; j’avais plus confiance».

Les gens sont conscients qu’ils demeurent tout de même à risque.

VOX POP 4

-«Je ne me dis pas immunisée à 100 % mais je me dis qu’au moins, je ne me rendrai pas à l’hôpital».

-«On met toutes les chances de notre côté avec un deuxième vaccin».

Les statistiques de la Santé publique dévoilées lundi font état que 74,8 % de la population admissible de 12 ans et plus a reçu une première dose. Environ 1400 autres personnes devront aussi  le faire pour atteindre l’objectif de 75 % du gouvernement pour permettre les assouplissements promis aux frontières. Les gens ont hâte de revenir à une certaine normalité.

VOX POP 4

-«Moi j’ai hâte de pouvoir aller à mon chalet au Témiscouata».

-«Pouvoir grouiller un peu et allez voir nos petits-enfants surtout, ça fait un an et demi qu’on ne les a pas vus».

-«C’est urgent; mon garçon est supposé se marier; sa belle-famille est au Témiscouata, oui on a bien hâte que ça ouvre».

D’autres cliniques du genre sans rendez-vous et avec différents types de vaccins auront lieu toute la semaine au Nord-Ouest.