Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Une technologie laser pour l’enfouissement de déchets nucléaires

Publié le 21 février 2019 à 17:17, modifié le 21 février 2019 à 17:18

Par: Marie-Eve Cloutier

Solutions Novika de La Pocatière travaille ces jours-ci à l’élaboration d’équipements servant à l’enfouissement de déchets nucléaires. L’entreprise développe notamment une technologie servant au scellage de conteneurs de combustible irradié.

La Société de gestion des déchets nucléaires du Canada planche sur la construction d’un site d’enfouissement qui sera situé dans le nord de l’Ontario. L’expertise unique en soudure par laser de Solutions Novika est au cœur du projet.

« Il s’agit d’un système de soudage laser hybride. Ça va nous donner un soudage de 8 à 10 mm de profondeur pour sceller le conteneur de déchet nucléaire », explique Patrick Martel, responsable de projet chez Solutions Novika.

La pièce d’acier qui servira à contenir les grappes de combustible est d’abord chauffée. La soudure est réalisée en moins d’une minute.

« Par rapport à un procédé conventionnel, considérant la préparation, le soudage, le repassage, on parlerait d’heures, voire de jours de soudage. L’avantage est donc assez important », précise Mathieu Forstner, chimiste-métallurgiste au sein de l’entreprise.

Une fois enrobés de cuivre et scellés, les conteneurs seront enfermés dans une structure bentonite, une sorte argile qui crée une barrière contre l’eau.

« On les appelle les cercueils dans notre jargon. Ça prend deux demi-cercueils, un au-dessous et un autre pour recouvrir par-dessus. Ces cercueils vont ensuite être enfouis dans des grottes souterraines à tout près de 500 mètres de profondeur », indique Jean-François Pelletier, technicien en automatisation ayant travaillé à l’élaboration des « cercueils d’argile ».

2,8 millions de grappes de déchet

Les conteneurs de déchets nucléaires seront remplis de grappes d’uranium. Le combustible irradié est hautement radioactif et toxique.

De plus, le marché des déchets nucléaires est grand.

«  La Société de gestion des déchets nucléaires estime que les déchets existant représentent un volume qui équivaut à 8 patinoires de hockey pleines, de la glace jusqu’à la hauteur de la bande. C’est beaucoup de combustible et il continue à s’en produire. Ce projet va prendre en charge tous ces déchets », fait valoir Lorraine Blais, vice-présidente de Solutions Novika.

L’emplacement exact du site reste à être déterminé. Sa mise en service est prévue pour 2045.