Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Une montagne de glace impressionnante à Carleton-sur-Mer

Publié le 28 février 2022 à 17:47, modifié le 28 février 2022 à 18:02

Par: Emmanuel Renaud

Un phénomène impressionnant est observable ces jours-ci à Carleton-sur-Mer. Un énorme monticule de glace s’est formé sur les berges au bout de la pointe Tracadigash. Cette crête de compression est particulièrement haute cette année.

« Être aussi élevé que ça, je pense que c’est exceptionnel », assure le résident de Carleton-sur-Mer, Louis Bujold.

Ce n’est pas la première fois que le passionné de nature Louis Bujold observe des monticules de glace se former sur les berges de la Gaspésie. Toutefois, le phénomène présent à Carleton-sur-Mer cette année est particulièrement fascinant.

« Le 19 février, il y avait beaucoup de glace qui n’était pas solide. Il y avait une glace qui était mobile. Je pense que c’est un facteur qui a pu contribuer au déplacement de la glace et à l’accumulation sur la pointe au phare. Là, il y en a vraiment beaucoup », mentionne monsieur Bujold.

Il parle même d’une année record.

« Je l’ai déjà vu haut. Je l’ai déjà vu plus étendu sur l’ensemble du côté ouest du bout du banc, mais aussi haut que cette année… Je pense qu’on s’achemine vers une année record », estime Louis Bujold.

La montagne de glace fait plusieurs mètres de haut, de cinq à dix selon nos estimations.

De nombreux morceaux de glace atteignant près d’un mètre d’épaisseur s’y accumulent les uns par-dessus les autres pour former ce spectaculaire amoncellement.

« La cause derrière tout ça, c’est le vent. Il a soufflé dans la bonne direction, vers Carleton-sur-Mer à moment donné et sur une plaque suffisamment étendue pour que le vent puisse souffler sur la glace, qui elle-même va pousser sur la glace adjacente, et ça sur des distances très grandes. Plus la distance sur laquelle le vent souffle est grande, plus les forces accumulées sur la plaque vont grandir », explique le professeur-chercheur en océanographie physique à l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR), Dany Dumont.

Les causes qui expliquent la formation d’une crête de compression sont bien connues et documentées par les experts.

« Ce genre de phénomène là se passe tout le temps dans l’océan Arctique ou dans l’océan Antarctique et on l’observe de temps en temps dans le golfe du Saint-Laurent aussi », affirme monsieur Dumont.

Cette démonstration de force de la nature peut aussi se produire à des endroits inusités, assure le spécialiste.

« Dans le cas à Carleton, il n’y a que de la glace qui s’amoncelle vers le haut parce qu’elle ne s’enfonce pas dans la terre. Mais dans l’océan, si on voyait ça, et ça arrive. On peut voir des amoncellements assez importants. Il faut savoir qu’en dessous, sous l’océan ça peut atteindre des épaisseurs de 25, 30, 35 mètres », illustre le professeur-chercheur.

En raison du réchauffement planétaire, ce genre de situation risque de se produire moins souvent ou de manière moins importante, conclut monsieur Dumont.