Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Une famille de Douglastown coincée en Argentine

Publié le 26 mars 2020 à 12:06, modifié le 26 mars 2020 à 12:30

Par: Amélie Paquette

Une famille de Douglastown vit des heures d’angoisse. Elle est présentement coincée en Argentine. Son retour au pays est prévu uniquement le 11 avril prochain.

Juan Sebastian Larobina, sa conjointe et son fils sont en Argentine depuis le 16 février dernier à San Martín de los Andes, un petit village qui se situe à une vingtaine d’heures de Buenos Aires. Ils étaient en visite familiale et devaient revenir au Québec le 23 avril prochain.

Voyant la situation évoluer rapidement et voulant respecter les demandes de rapatriement faites par les autorités, la famille a tenté de devancer son vol de retour. Peu de billets étaient disponibles. Certains s’élevaient à plus de 6 800 $ chaque.

Entre-temps, une quarantaine obligatoire a été imposée par le gouvernement argentin. L’entrée des villages est fermée, les transports sont arrêtés.

« La plupart des commerces sont fermés. Il faut faire une file à l’extérieure avec une distance sécuritaire. Toutes les autorités se promènent avec des masques. On rentre deux ou trois personnes à la fois dans chaque commerce pour faire l’épicerie. », explique le résident de Douglastown.

Voyant qu’elle était incapable d’avoir un contact direct avec l’ambassade canadienne, la famille a écrit à la député de Gaspé, Méganne Perry Mélançon. Elle s’est assurée de transmettre la demande au député du Bloc Québécois Maxime Blanchette-Joncas, puisque les demandes de rapatriement passent par les bureaux fédéraux.

L’appel des Larobina a été entendu. Ils attendent maintenant les papiers de l’ambassade.

« Espérons qu’on peut prendre le vol. Vraiment, c’est la seule chose que j’essaie de croire que l’avion va partir et que tout va bien aller pour pouvoir sortir d’ici. », conclut M. Larobina, qui souligne que lui et ses proches se mettront en isolement dès leur retour.