Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Une association des DSL voit le jour au N.-B.

Publié le 3 mai 2021 à 16:09, modifié le 3 mai 2021 à 16:09

Par: Gilles Duval

Une association regroupant les Districts de services locaux (DSL) du Nouveau-Brunswick a été créée en fin de semaine afin de défendre leurs intérêts. Les résidents de ces territoires non-incorporés ont décidé de mieux se structurer à l’approche d’une éventuelle réforme de la gouvernance locale dans la province.

Près de 70 % des citoyens au Nouveau-Brunswick vivent dans les  DSL. De ce nombre, environ 30 % n’ont aucune forme de représentation. Ils estiment que le temps est venu de parler d’une même voix.

«On veut faire partie des décisions avec la province. Depuis des décennies, c’est un système unilatéral. On n’a pas de pouvoirs législatifs», a dit Jules Bossé, président du DSL de Saint-Jacques et de la nouvelle association provinciale des DSL du Nouveau-Brunswick.

L’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB) voit d’un bon œil la venue du regroupement. Elle répète depuis des années que le statuo quo n’est plus une option.

«Cela étant dit, est-ce que les DSL vont continuer à exister après la réforme? Faudra voir. Mais dans le cadre du processus actuel, c’est clair qu’il faut qu’ils prennent part aux discussions», a indiqué le directeur de l’AFMNB, Frédérick Dion.

Cette réforme de la gouvernance locale fait partie du discours politique au Nouveau-Brunswick depuis près de deux décennies.

«Est-ce que ces changements-là vont être de l’ordre qu’on l’espère, c’est la question. Bien sûr qu’il y a des pièges, bien sûr qu’il y a des risques», a ajouté M. Dion.

Les résidents des DSL déplorent qu’ils ont souvent été écartés par le gouvernement dans des dossiers qui les concernent.

«La prochaine gouverne qu’on veut instaurer, elle va avoir du succès si on consulte les gens des DSL. Ils veulent participer, ils ont de bonnes idées, ils sont très actifs» a poursuivi Jules Bossé.

Les DSL souhaitent aussi un processus davantage structuré pour élire leurs représentants sur les comités consultatifs.

«Il n’y a pas de format, c’est une surprise à chaque fois. C’est pas nouveau que l’assemblée législative a dit on va faire un modèle avec Élection NB; ça serait l’idéal», a fait remarquer le président du nouveau regroupement provincial.

 L’élection du futur comité consultatif du DSL de Saint-Jacques se déroulera de façon virtuelle mercredi soir. Seules les personnes qui ont pris connaissance de l’avis d’assemblée et qui se sont inscrites à la date limite du 23 avril pourront y prendre part. S’il y a plus de candidatures que le nombre de sièges disponibles, une élection par la poste suivra.