Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Une affluence remarquée dans la région de Charlevoix

Publié le 22 mai 2020 à 16:39, modifié le 22 mai 2020 à 16:39

Par: Elisabeth Payeur

Moins d’une semaine après la levée des barrages routiers dans Charlevoix, la hausse de l’achalandage est déjà remarquée chez les commerçants. Certains touristes québécois viennent profiter de la région.

Avec la levée des barrages et l’ouverture des résidences secondaires, plusieurs Québécois en ont profité, cette semaine, pour visiter Charlevoix.

Le propriétaire du Rond Point, Thierry Ferré, dit: « Beaucoup de gens de Québec, ils ont décidé de profiter de Charlevoix. »

Marie-Ève Duchesne, propriétaire de Inter-Marché commente: « J’ai eu quelques clients aujourd’hui, que j’ai vu, que je sais qu’y viennent de Québec, qui ont des chalets. »

Malgré plusieurs attraits touristiques fermés et la saison estivale qui n’est toujours pas débutée, certaines personnes ont opté pour la région.

Un couple de Victoriaville était de passage à Baie-Saint-Paul, pour rendre visite à leur fille:  « On avait une certaine réticence à venir, parce qu’on est allé à Québec, tout est fermé. On s’est dit,  il va avoir moins de monde ici, surtout sur semaine. Puis effectivement, c’est vraiment génial. Les gens sont contents de nous voir, on est content de les voir, donc c’est très agréable. »

Les citoyens en profitent également pour sortir et faire le plein d’énergie au grand bonheur des commerçants.

Clément Bouchard, propriétaire de Chez Dany-Elle, dit: « Mon épouse dit que c’est du monde de la place, beaucoup de monde de la place. »

« Je pense que les gens viennent graduellement. », ajoute Thierry Ferré

« On a beaucoup plus de gens de la place, puis des environs.», dit Marie-Ève Duchesne. « Par contre, c’est sûr qu’on voit des nouveaux visages qu’on ne voyait pas jadis. »

Certaines craintes demeurent chez les Charlevoisiens, mais la Ville de Baie-Saint-Paul est à l’écoute et prend action. « Il faut apprendre à vivre avec ces éléments-là, avec la pandémie. Je pense qu’à un moment donné, il faut apprendre à vivre avec, mais de la meilleure façon possible. », ajoute Jean Fortin. « Faut faire l’équilibre entre la protection, la santé des gens et la santé économique, la santé sociale, globale. »

Des actions sont en cours afin de soutenir les entreprises locales qui ont souffert des contrecoups de la crise sanitaire.