Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un travailleur de rang dès l’automne en Gaspésie et aux Îles

Publié le 27 juillet 2021 à 16:36, modifié le 27 juillet 2021 à 16:49

Par: Emmanuel Renaud

Pour offrir de l’aide psychologique à ses membres, l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Gaspésie-Les Îles a lancé un processus d’embauche pour trouver un travailleur de rang qui devrait entrer en poste dès cet automne.

Les agriculteurs sont confrontés à plusieurs défis psychologiques. Ils vivent parfois du stress en raison de la météo, de leur situation financière ou familiale.

« Que ça soit dans la production laitière, dans la production bovine ou dans les productions maraîchères. Ce n’est pas évident de travailler. Tu ne sais jamais c’est quoi l’argent que tu mets et si tu seras capable de la rentabiliser ou pas », explique la présidente de l’UPA Gaspésie-Les Îles, Michèle Poirier.

« On est des petites entreprises avec beaucoup de départements et c’est souvent sur les épaules d’une seule personne, donc ça fait beaucoup plus de charges. Beaucoup plus de stress », raconte le propriétaire de l’entreprise Les Jardins Fleuris, Jean-Philippe Arsenault.

Pour offrir de l’aide psychologique aux agriculteurs, un processus d’embauche a été lancé par l’Union des producteurs agricoles de la Gaspésie et des Îles en collaboration avec l’organisme à but non lucratif  Au cœur des familles agricoles.

« Ce n’est pas nécessairement un psychologue, mais un travailleur de rang. C’est une personne qui va se promener chez les producteurs agricoles. Comme vous le savez, le plus haut taux de suicide qui existe, c’est parmi les producteurs agricoles. Elle va se promener et jaser avec les producteurs et s’ils ont besoin d’aide, ils pourront être référés vers le CISSS de la Gaspésie », soutient madame Poirier.

Dès l’automne, le travailleur de rang sera présent trois journées par semaine. Les agriculteurs n’auront pas besoin de s’inscrire nulle part, c’est l’intervenant qui viendra vers eux. Un service qui est le bienvenu dans le secteur de l’agriculture.

« C’est un milieu qui n’a peut-être pas su voir tout l’état psychologique. On n’a pas de service à l’intérieur de nos entreprises pour la santé psychologique. Donc, oui c’est certain que le travailleur de rang est le bienvenu en Gaspésie », assure l’agriculteur, Jean-Philippe Arsenault.

Avec l’ajout de ce poste, l’UPA de la région n’a qu’un seul objectif en tête.

« Si on peut aider un producteur sur l’ensemble de tous nos producteurs agricoles et bien ça sera un travail qui sera réussi », affirme Michèle Poirier.