Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un jeune sans-abri témoigne

Publié le 19 janvier 2023 à 16:57, modifié le 19 janvier 2023 à 16:57

Par: Marie-Helene Chartrand

Après plusieurs années, Simon, un nom fictif, a décidé de revenir dans la ville qui l’a vu grandir. Il veut reprendre sa vie en main.

Après plusieurs années, Simon, un nom fictif, a décidé de revenir dans la ville qui l’a vu grandir. Il veut reprendre sa vie en main.

« Je suis revenu par chez nous, je suis natif d’ici mon petit patelin. Je suis venu faire mes affaires tranquilles», dit-il.

Sans-abri depuis le 1er juin, il a débarqué à Rivière-du-Loup il y a une semaine, en pleine tempête.

« J’étais vraiment itinérant quand je suis arrivé ici. Je cherchais de l’aide ce n’était pas une blague je n’avais pas de place où coucher. Je n’avais pas réussi à rejoindre ma famille », affirme Simon.

À la recherche d’un endroit où passer la nuit, Simon et son chien ont essuyé plusieurs refus.

« J’avais vraiment froid j’avais les doigts qui allaient tombés à terre », s’exclame le jeune sans-abri.

Le jeune itinérant a été confronté au manque de ressources en région.  Grâce à un bon samaritain, il a pu se payer une chambre d’hôtel.

« Une chance que j’ai eu quelqu’un qui payait, sinon je dormais dehors », s’exclame-t-il.

Il n’était d’ailleurs pas le seul sans-abri cette soirée-là.

« Il y a un gars qui dormait dehors. Il est allé à Orléans Express et la porte était fermée; une belle salle avec des chaises. Le gars, il attendait son autobus à midi et demi le lendemain matin et il est arrivé à 2 heures l’après-midi la veille », déplore l’itinérant.

Depuis son arrivée, le jeune homme s’est trouvé un emploi et un endroit où rester temporairement. Mais impossible de se dénicher un logement jusqu’ici.

« J’ai été sur Marketplace. Sur Facebook, sur Kijiji, j’ai écrit, mais je n’ai même pas mentionné que j’avais un animal et je n’ai eu aucune nouvelle, aucune réponse », indique-t-il.

« J’ai juste besoin d’un coup de main pour me placer. J’aimerais vraiment ça avoir de l’aide pour mon logement s’il vous plaît », ajoute Simon.

Si se trouver un logement à Rivière-du-Loup est déjà extrêmement difficile avec seulement 0,5 % de logements vacants, ce l’est encore plus quand on recherche un logement qui accepte les animaux. « Mon chien s’est tout pour moi il m’a empêché de m’enlever la vie. Mon chien je fais de la zoothérapie », fait valoir le jeune sans-abri.

Malgré les obstacles qui se dressent sur sa route, Simon reste optimiste face à l’avenir.

« Il y a toujours quelqu’un quelque part qui va te laisser ta chance il s’agit de savoir où est-ce qu’elle est », s’exclame Simon.