Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un homme du Nouveau-Brunswick se sent abandonné par le système de santé

Publié le 18 mars 2022 à 15:25, modifié le 18 mars 2022 à 15:25

Par: Mickael Robitaille

Un homme d’Edmundston qui a eu des complications médicales suite à deux opérations lance un cri du cœur.

Il se sent abandonné par le système de santé Néo-Brunswickois.  Cet homme d’Edmundston a vu sa vie chavirer du jour au lendemain en 2015. Jean-Paul Martin a dû se rendre à l’hôpital pour une intervention chirurgicale aux jambes et depuis ce jour, sa vie est un enfer. Il a constaté qu’il avait des problèmes urinaires et érectiles. Il a ensuite subit une opération pour la prostate. Sa condition s’est empirée.  Il sent que le système l’a lâché. « Abandonné, plus qu’abandonné… c’est ridicule. » , déplore Jean-Paul Martin.

Il nous confie que sa vie est complètement affectée depuis 7 ans. Des conséquences physiques graves et psychologiques qui l’encombrent jour et nuit.  « Difficultés à dormir, difficultés avec ma femme, je ne suis pu endurable. Ma vie est brisée. Je ne peux pas aller à nulle part. »

Suite aux complications, il croit que le chirurgien qui l’a traité a fait une erreur. On lui aurait suggéré d’aller à Moncton pour un deuxième avis, mais il n’y aurait jamais eu de suite. Il a tenté d’entreprendre des démarches judiciaires, mais ses ressources sont limitées. « Je n’ai pas les moyens, je n’ai pas d’argent. Une pension d’invalide, une pension de vieux tu ne feras pas long feu. Tu ne peux pas attendre. Ça fait que t’attends. » , explique M. Martin.

Il manque actuellement 35 médecins de famille dans le nord de la province. Ceux qui sont en place sont débordés et ne peuvent suivre leurs patients convenablement. M. Martin en a un, mais ne voit aucune différence. « C’est pareil comme si je n’en avais pas. La même affaire que si je n’en avais pas. »

Personne du réseau de santé Vitalité n’était disponible aujourd’hui pour nous donner d’entrevue.