Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un espoir de guérison au Mexique

Publié le 8 novembre 2018 à 11:44, modifié le 8 novembre 2018 à 12:10

Par: Jacob Cassidy

Une femme d’Edmundston combat son quatrième cancer en huit ans. Après un sein et le foie, ses ganglions sont maintenant atteints. Francine Castonguay souhaite se tourner vers le Mexique pour soigner sa maladie.

À 55 ans, elle accumule les diagnostiques de cancer. Le plus récent est tombé en août dernier. «Le quatrième il m’a rentré dedans. Là j’ai commencé à faire mes arrangements. Je me suis dit qu’il n’y a plus rien que je peux faire de plus», confie-t-elle.

«Ça fait huit ans, elle est passée par des opérations, je ne les compte plus, elle en a eu beaucoup. Elle a tout le temps gardé un bon moral. Mais c’est dur de la voir aller», affirme son époux Roland Castonguay.

Depuis peu, la femme de 55 ans reçoit un nouveau traitement approuvé l’an dernier au Canada. Il y a toutefois un important bémol, ce dernier ne fait que ralentir la progression de la maladie. «On ne peut pas le guérir. Ils ne savent même pas ou il est. Ce sont des métastases qui s’en vont un peu partout», relate-t-elle en résumant les propos de ses médecins.

L’immunothérapie représente pour elle un des seuls espoirs de guérison. «C’est ton système immunitaire finalement qu’ils vont booster et c’est lui qui va aller combattre les cellules cancéreuses. Il va aller les détruire, donc tu n’as pas rien de l’extérieur qui vient», explique Mme Castonguay.

Même si des recherches sont en cours au pays dans ce domaine, le traitement n’est pas offert aux personnes atteintes de cancer. Francine Castonguay espère obtenir ces soins dans une clinique spécialisée au Mexique.

«C’est 80 chances sur 100 de réussite. Je me dis wow c’est de l’espoir»– Francine Castonguay

Le traitement coûte près de 40 000 $. Ses proches ont lancé une campagne de sociofinancement.«Elle est forte et je trouve qu’après toute la misère et le mal qu’elle a eu, je trouve qu’elle mériterait d’avoir la chance d’avoir au moins ce traitement-là.»

Francine Castonguay aimerait se rendre au Mexique au cours de la prochaine année, avant qu’il ne soit trop tard.