Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un bon samaritain sauve un pêcheur de la noyade sur le Lac-Témiscouata

Publié le 2 mai 2021 à 15:25, modifié le 4 mai 2021 à 15:27

Par: Samuel Gosselin Belanger

Un citoyen a porté secours samedi matin à un pêcheur qui est tombé à l’eau, dans le lac Témiscouata. Jean-Yves Fraser a fait preuve de sang-froid, pour sauver la vie de cet homme.

C’est vers 9h que Jean-Yves Fraser a aperçu un pêcheur crier à l’aide sur le lac, non loin de son domicile. À défaut d’avoir une autre embarcation disponible, il a sauté dans son pédalo. Le naufragé avait installé une corde autour de sa main, rattachée à son bateau, pour éviter de couler. Il ne portait pas de veste de sauvetage.

« C’est un geste héroïque de sa part. Vitesse d’exécution, prise de décisions rapides. C’est ça qui a permis de sauver la vie de la victime », affirme d’emblée le directeur du Service incendie de Témiscouata-sur-le-Lac, Gérald Dubé.

« Rendu à côté du bateau. J’ai parlé avec le monsieur. J’ai rentré ma main dans son manteau, je l’ai sorti de l’eau un peu. Je lui ai dit vous pouvez reprendre votre souffle. Il me disait qu’il était épuisé », explique le héro du jour, Jean-Yves Fraser.

Les forts vents et les vagues lui ont donné du fil à retordre. Jean-Yves Fraser a été incapable de le hisser sur son pédalo. Il a sauté dans l’embarcation de la victime, mais encore là, impossible de le sortir de l’eau.

« Quand j’ai mis mon bras dans l’eau pour l’aider… j’ai fait comme oh. Je ne voulais qu’une chose. C’était de ne pas l’échapper. Je disais au monsieur je ne vous échapperai pas, je ne vous ne laisserez pas aller. Je devais le sortir de l’eau. Je voyais son visage, ça s’en venait critique », mentionne Jean-Yves Fraser.

Plus de peur que de mal 

Puisque l’état du pêcheur se dégradait, le sauveteur d’un jour n’a eu d’autre choix que de redémarrer le moteur et de le trainer dans le lac, jusque sur la rive. La victime a été plongée pendant plus de 40 minutes. Un effort qui demande une excellente force physique. À l’arrivée des secouristes, l’homme était en hypothermie.

« On était loin du bord. Je disais on est proche. Je voulais l’encourager. Le monsieur a été très courageux, très combatif », explique M. Fraser.

« On a eu peur un moment donné de le perdre. Son état de conscience était à peu près de deux sur dix. C’était le temps », affirme pour sa part M. Dubé.

Les autorités ont confirmé que le pêcheur va bien. Le geste héroïque de ce citoyen lui a certainement sauvé la vie.

Avec les informations de Guillaume Cotnoir-Lacroix