Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un bateau de glace à la Malbaie

Publié le 31 janvier 2020 à 17:22, modifié le 31 janvier 2020 à 17:25

Par: Fabienne Tercaefs

Depuis plusieurs hivers, Marcel Maltais sculpte un glacier de Charlevoix pour le plus grand bonheur des touristes et des fans d’escalade. Cette année, il surprend en sculptant un bateau de glace.

On dirait un vaisseau fantôme. Un navire qui aurait été surpris par l’hiver et figé dans la glace. Mais ce bateau, c’est l’œuvre de Marcel Maltais. L’homme y travaille depuis le début de l’hiver :« J’ai commencé un autre pic de glace d’une vingtaine de pieds et je me suis décidé de me lancer à faire la coque. De jour en jour ça a fini que  c’est ce que ça donne.»

Chaque année, le sculpteur intercepte l’eau qui descend des montagnes pour en faire un rocher d’escalade. :« Avec un dénivelé d’ici à en haut il y a à peu près 220 pieds de dénivelé, ça donne une poussée de pression d’environ 110 livres. » confirme Marcel Maltais. Ce navire sculpté, c’était un nouveau défi. C’est encore plus technique je travaille avec un jet d’eau, il y a des matins je suis arrivé il y avait un mètre de glace sur le bateau. Je suis obligé d’enlever ça à la petite pelle, c’est de la job pas mal. » ajoute-il.

Un travail récompensé par les nombreuses visites sur place, notamment des grimpeurs. « C’est notre première fois. On a vraiment découvert un bel endroit. La couleur de la glace est incroyable !» s’émerveille Julie Robitaille, une grimpeuse venue de la région de Québec. Passé l’émerveillement, la structure révèle quelques difficultés pour les sportifs. «On a l’impression de grimper dans la dentelle, il faut y aller tout en douceur, déposer les pieds, les piolets.» ajoute la jeune femme.«Très fin au début de la paroi à cause des glaçons, alors pas beaucoup de vis à glace au début mais ensuite on peut y aller, on peut progresser puis s’amuser, c’est une belle délicatesse à travailler.» explique Patrick Gingras un autre grimpeur.

Et pour que l’attrait continue encore pour les années à venir, Marcel Maltais ne serait pas contre une aide du milieu.