Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Un ancien policier en attente d’un nouveau foie

Publié le 22 mai 2018 à 16:38, modifié le 22 mai 2018 à 17:10

Par: Jacob Cassidy

Un véritable élan de solidarité est observé au Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick pour venir en aide à un ancien policier de Grand-Sault. Donald Ruest a dû être hospitalisé d’urgence il y a quelques semaines. Il aura bientôt besoin d’un nouveau foie.

Donald Ruest sort à peine de l’hôpital. L’homme 56 ans garde le moral, même si son foie lui a causé beaucoup de problèmes dernièrement. «J’ai commencé à faire de crises de foie, perdre le contrôle, perdre les idées, tomber partout me frapper», explique-t-il.

L’organe de l’ex-policier se décompose peu à peu depuis 2015. Son état s’est aggravé il y a trois semaines. «Je ne pensais pas que je m’en sortirais. Si ce n’avait pas été de mes enfants j’aurais été mort dans la maison ici», précise-t-il.

Sa conjointe l’a conduit à l’hôpital de Rivière-du-Loup, où il devait rencontrer un spécialiste quelques jours plus tard. «Rendu là tout le monde pleurait. On pleurait tous ensemble. Ça a été un moment difficile», raconte la fille de l’homme Mélanie Ruest.

Rapidement le personnel médical a constaté que son état était pire que ce que croyaient les médecins de Fredericton. «Ils ont dit « tu es une bombe à retardement, normalement passé 15, on fait une opération immédiatement et toi tu es à 21″», relate Donald Ruest.

Le père de trois enfants a été transporté dans un centre hospitalier de Montréal. Il y a subi plusieurs tests pour savoir si son corps est apte à recevoir une greffe de foie.

Depuis, les frais médicaux se multiplient. «Juste la navette inter hôpitaux de Rivière-du-Loup à Montréal, qu’il a été obligé de prendre c’est 3 700$. Il prend 14 sortes de médicaments. Il y a un des médicaments là-dedans qui coûte 1200 $», énumère sa fille.

Une campagne de socio financement a été lancée. Plus de 11 000 $ ont déjà été amassés. «Il a fait du bénévolat dans 17 organisations.  Il a sauvé des vies de la noyade, du feu, des accidents. Il a aidé du monde. C’est bon que les gens l’aident aussi», confie Mélanie Ruest.

En attendant sa greffe, l’homme aura à se déplacer à plusieurs reprises dans la métropole pour des suivis médicaux.