Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Trouver un terrain d’entente

Publié le 3 décembre 2019 à 16:24, modifié le 3 décembre 2019 à 16:24

Par: Etienne Malouin

La construction du nouveau garage municipal de Chandler pose problème. Les conseillers ne peuvent s’entendre sur son emplacement. Si une décision n’est pas prise rapidement, la ville pourrait perdre sa subvention du gouvernement du Québec.

Le projet semblait être finalisé le printemps dernier. Des retards d’adoption d’appels d’offres ont toutefois mené au retrait du promoteur. Cette fois-ci c’est la subvention du gouvernement qui est en péril.

« Il y a une cloche qui a été sonnée par le ministère. Comment ça se fait qu’on n’ait pas de nouvelles de vous? Parce que la date limite c’est le 16 décembre », mentionne la mairesse de Chandler, Louisette Langlois.

La subvention couvre 70% du projet d’une valeur de 5 millions. Le bras de fer est au niveau de l’emplacement du futur garage. Le premier terrain convoité se trouve dans le parc industriel et appartient déjà à la ville. Toutefois, certains y voient un problème.

« On se questionne. Est-ce que le matin, la machinerie va s’en venir en convoi à Chandler tous les matins? On s’éloigne également des artères principales qui sont l’hôpital, l’école primaire et secondaire », explique le conseiller municipal Bruno-Pierre Godbout.

Un argument qui selon la mairesse Louisette Langlois, n’est pas admissible.

« Quand on regarde Gaspé qui est la plus grande de la Gaspésie. Leur garage va être à 3km du centre-ville. Alors ça ne fait pas de débat à Gaspé ça-là », ajoute Louisette Langlois.

Le deuxième terrain convoité se trouve en face de l’actuel garage municipal. Ce qui pour le conseiller Bruno-Pierre Godbout, permettrait de concentrer les activités.

« On positionne le nouveau garage en face de l’autre. Il y a un projet de rénovation de l’ancien. On pourrait rénover la base de l’infrastructure. On pourrait également l’utiliser comme entreposage pour effectuer des travaux mineurs », précise le conseiller.

Selon la mairesse, la somme à investir uniquement pour le terrain est trop importante.

« Seulement pour vider le terrain, enlever la terre noire du terrain, ça couterait avec les tests préliminaires, 500 000$. Plus l’achat à 100 000$ », déplore-t-elle.

Le conseil municipal doit donc trancher d’ici le 16 décembre prochain sur le choix du lieu qui accueillera le futur garage. Sans quoi, tout le processus de demande de subvention devra être repris du début.