Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Troisième arrêt de production pour Produits Forestiers Résolus de Clermont

Publié le 7 août 2019 à 12:24, modifié le 7 août 2019 à 12:35

Par: Eve Beauregard

La situation précaire de l’industrie du papier ne semble pas vouloir s’améliorer. Pour une troisième fois cet été, l’usine de Produits Forestiers Résolus de Clermont doit cesser ses activités.

Du 19 août au 8 septembre inclusivement, les employés de PFR seront en arrêt de travail pour une durée de trois semaines. Il s’agit de la troisième fois que l’usine doit fermer ses portes depuis ce printemps. L’entreprise a d’abord annoncé un arrêt du 10 au 25 juin dernier. Quelques jours avant de reprendre le travail, les 160 employés ont reçu un deuxième avis leur expliquant qu’ils ne reviendraient que deux semaines plus tard, soit le 8 juillet.

Les employés devront encore s’armer de patience, puisque que l’usine suspend ses activités trois autres semaines. Une nouvelle inquiétante pour les employés, qui, pour la plupart, ont déjà pris leurs vacances. « Déception puis découragement dans certains cas et c’est compréhensible, parce que ce n’est jamais de bonnes nouvelles. Il n’y a pas un cas qui est pareil. Il y en a qui ont peut-être déjà pris leurs vacances annuelles, qui malheureusement, n’auront plus de vacances donc vont devoir faire des demandes à des services. D’autres n’ont pas encore pris leurs vacances annuelles donc vont peut-être pouvoir profiter de cette période pour prendre leurs vacances », explique Karl Blackburn, directeur principal des affaires publiques et des relations gouvernementales de Produits Forestiers Résolus.

L’une des usines américaines de Produits Forestiers Résolus sera aussi en arrêt de production au même moment.  Karl Blackburn affirme que la demande mondiale du papier journal diminue de plus de 10% par année. Depuis 2000, cette statistique atteint 80%. L’accès à la fibre est elle aussi de plus en plus difficile.

Pour l’instant, PFR ne peut spéculer sur les possibles mises à pied ou même à la fermeture de l’usine. Malgré tout, l’entreprise demeure optimiste d’être un leader dans l’industrie et promet du soutien à leurs employés durant cette période difficile.