Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Travail sécuritaire NB: une facture qui surprend

Publié le 18 mars 2019 à 16:32, modifié le 18 mars 2019 à 16:59

Par: Jacob Cassidy

Dans les dernières semaines, les employeurs ont reçu leur facture annuelle  de Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick. Alors que la Société de la couronne prévoyait une hausse moyenne de 55% certains ont vu leur facture grimper de près de 400%. Ces entrepreneurs doivent aujourd’hui trouver une façon d’absorber ces dépenses inattendues.

Le président de Groupe Cormier Électrique s’explique difficilement comment ses cotisations annuelles à Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick sont passés de 14 000 à plus 60 000$ en un an. «400% d’augmentation des années précédentes ça ne fait aucun bon sens, commente Jean Roussel. C’est toute qu’une augmentation. On ne peut pas tout passer ça aux clients, on absorbe la majeure partie de ça, les profits sont en baisse c’est automatique.»

Le constat est le même à l’Escompte en folie qui compte uniquement quatre employés à temps plein. Une hausse de 60% viendra amputer 1700$ aux profits du commerce. «Ça fait au moins 10 ans que je n’ai pas eu aucun accident de travail. J’imagine les entreprises qui ont des accidents de travail régulièrement ça doit être l’enfer», partage le propriétaire de l’entreprise Mark Lizotte.

Tout le milieu des affaires peine à absorber la facture. «C’est un sentiment de découragement assez important par rapport à ces hausses-là qui selon nous sont un peu ridicule, affirme le président de la Chambre de commerce de la région d’Edmundston, Alexandre Levasseur. On entend souvent des projets d’expansion, des projets d’investissements qui sont annulés, justement par inquiétude de ces augmentations-là.»

«Comme entrepreneur ici on essaye de s’arracher une vie et de vivre et de faire un peu de profit à quelque part, il y a quelqu’un qui vient tout nous le manger», déplore M. Roussel.

Budgets

Demain le fédéral et le provincial déposeront leur budget respectif. Les propriétaires de PME espèrent que des mesures seront mises en place pour atténuer l’impact de ces hausses. «Il faudrait que les gouvernements nous supportent un peu plus parce sans ça, un moment donné, il n’y a pas aucune PME qui va pouvoir survivre à toutes ces augmentations-là», espère le président du Groupe Cormier Électrique.

«Je n’ai pas vraiment confiance à aucun des gouvernements que ce soit au fédéral ou au provincial. Il viennent tout le temps chercher de l’argent dans les petites entreprises», craint M. Lizotte.

Pour le moment, rien ne laisse présager une diminution des coûts de Travail sécuritaire NB à court terme.