Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Techniciens en imagerie médicale: taux d’absentéisme de 40% à Rivière-du-Loup

Publié le 24 novembre 2021 à 15:49, modifié le 25 novembre 2021 à 08:51

Par: Cimon Charest

La pénurie de techniciens en imagerie médicale continue de faire rage au Centre hospitalier régional du Grand-Portage. Même si le CISSS du Bas-Saint-Laurent assure qu’aucun bris de service n’est prévu, les technologues enregistrent un taux d’absentéisme de plus de 40%, notamment en raison de congés de maladie et de maternité.

Leurs retours ne sont pas prévus avant avril 2022. « S’il manque des technologues en échographie, éventuellement, ça pourrait devenir un défi de faire des échographies. Parce que le technologue assiste, soit le radiologiste ou éventuellement l’interniste qui fait les échographies cardiaques », commente le PDG adjoint du CISSS du Bas-Saint-Laurent, le Dr Jean-Christophe Carvalho.

« Des usagers, ça se peut que ce soit un peu plus long . Peut-être que les délais d’attente pour une échographie ou une radiologie, ça va être un peu plus long un petit peu », se désole la présidente du Comité des usagers au CISSS du Bas-Saint-Laurent, Marielle Raymond

Embauche de radiologiste

En mai 2019, l’établissement a dû fonctionner avec seulement deux radiologistes. La situation revient toutefois à la normale…Le CISSS pourrait bientôt en compter six, les effectifs seront complets.

« Là, il faut comprendre qu’on a encore une liste d’attente à rattraper. Parce qu’il y a du retard, qui s’est accumulé pour toutes sortes de raisons. Donc ça, les gens travaillent fort », précise Dr Carvalho

Des médecins de famille manquent à l’appel

Les autorités de la santé sont d’ailleurs en campagne d’attractivité pour attirer des praticiens, mais grâce à la création du guichet d’accès à un médecin de famille, le CISSS se fait rassurant. « Si éventuellement le besoin, c’est de voir un médecin. La personne pourra voir un médecin. Mais ce qu’on voit dans la moitié des cas, ça peut se régler avec un autre professionnel de la santé ».

Sur les 15 000 patients orphelins inscrits au guichet au Bas-Saint-Laurent, 3 800 se retrouvent au KRTB.