Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Exclusif

Soins reçus en «zone tampon» : une plainte déposée au CISSS

Publié le 30 juin 2020 à 17:11, modifié le 30 juin 2020 à 19:34

Par: Fabienne Tercaefs

Un citoyen de Témiscouata-sur-le-Lac dénonce que l’état de santé de son père s’est grandement détérioré, après un séjour dans la zone « tampon » de la COVID-19. L’homme âgé de 89 ans présente des blessures et a un comportement agressif.

Trois semaines seulement séparent ces deux photos. «Il a perdu la moitié de son poids, il n’a pas été rasé, il n’a pas été lavé. Il est arrivé à la résidence Lavoie avec une double couche, en jacquet,» explique son fils Jeannot Beaulieu.

Début juin, l’homme a été hospitalisé à l’hôpital de Notre-Dame-du-Lac pour une pneumonie et une bronchite. Il y est resté quelques jours puis il a été placé en isolement pendant 2 semaines en zone tampon dans l’ancien foyer de Saint-Antonin avant  de pouvoir rentrer dans sa résidence pour aînés de Squatec. «Il avait plein de bleus sur le corps, sa bouche était rouge, il aurait fallu lui enlever ses dentiers, ses dentiers il y avait du vert-de-gris aux alentours des dents, » énumère Jeannot Beaulieu.

Maurice Beaulieu est devenu agressif et craintif. «Dès qu’on approchait de lui il se mettait les mains en croix, il se protégeait le visage. Il s’est couché à un moment donné sur son lit, il a mis sa marchette pour faire un tampon entre nous et lui, pour se protéger,» continue son fils.

Pour les proches, il s’est assurément passé quelque chose pendant son séjour dans la zone tampon. Jeannot Beaulieu estime que son père n’est plus l’homme qu’il a été : «Déjà à 90 ans, on se demande s’il va passer au travers et avec quelles séquelles de tout ça, » s’exclame-t-il.

 

Son état est tel que son père a de nouveau été hospitalisé lundi en partie parce qu’il était déshydraté. La famille a porté plainte au CISSS du Bas-Saint-Laurent pour dénoncer la situation. « Il y a des choses de même qui se passent dans le Bas-Saint-Laurent et c’est malheureux que ça arrive, » s’inquiète Jeannot Beaulieu.

Contacté à ce sujet, le CISSS confirme avoir bien reçu une plainte et prendre la situation très au sérieux. Le processus d’examen de la plainte a commencé.

 

La directive sanitaire de Québec étant levée, la zone tampon de Saint-Antonin, qui était ouverte depuis le 15 mai, fermera ses portes le 3 juillet. Sa fermeture n’a donc rien à voir avec ce cas.