Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Relocalisation du centre d’excellence : réactions mitigées à Campbellton

Publié le 13 décembre 2019 à 16:37, modifié le 13 décembre 2019 à 16:37

Par: Louis Laflamme

Les réactions sont mitigées depuis l’annonce du gouvernement du Nouveau-Brunswick de relocaliser le futur centre d’excellence pour jeune en santé mentale de Campbellton à Moncton. Certains le perçoivent comme un abandon de service dans pour le nord de la province, tandis que d’autres se réjouissent de son changement de vocation.

Cela fait presque 10 mois qu’il n’y a plus de travaux dans ce qui devait devenir le Centre d’excellence en santé mentale pour jeunes à Campbellton. Un chantier dans lequel 14 millions de dollars ont déjà été investis.

« En cancellant le centre d’excellence en santé mentale pour les jeunes de Campbellton, qui était complété à 90%, il commet, non seulement un affront au nord du Nouveau-Brunswick, mais aussi, pour tous les jeunes qui font face à des défis de santé mentale », a lancé le député de Campbellton – Dalhousie, Guy Arseneault, à l’Assemblée législative.

Le gouvernement Higgs a jugé mieux de le relocaliser à Moncton, au sud de la province. Le ministre de la Santé dit s’être appuyé sur les recommandations de plusieurs experts. Il n’en fallait pas plus pour que le député provincial de la région y voit une autre insulte pour la population du Restigouche.

« Cette province à deux pôles. Nord et Sud. Et les services de santé ne peuvent s’arrêter à la limite des sièges Conservateurs », a ajouté le député.

La mairesse de Campbellton est d’un tout autre avis. « Pour moi, ce n’est que du positif. Ils ne vont pas défaire la bâtisse. Qui couche là… pour moi, ça ne fait aucune différence. Tant que la bâtisse est là », explique Stéphanie Anglehart-Paulin.

Deux raisons la poussent à réagir ainsi. D’abord, c’est que sa principale inquiétude est vite partie en fumée quand le gouvernement lui a assuré que la construction de ce bâtiment allait bel et bien se terminer. Pour elle, cela signifie une hausse de revenu pour la Ville.

« C’est une bonne nouvelle. Ils vont ajouter 4 M$ au budget. Donc, moi, je vais avoir un autre 10 M$ dans mon assiette fiscale. Je ne peux pas être triste », avoue-t-elle.

« Même si c’est une centaine de mille de dollars de plus dans notre budget… on en cherche 300 000 là. Le 100 000 $ va nous aider », ajoute la mairesse.

Et deuxièmement, elle croit dur comme fer que le changement de vocation de cette enceinte, qui deviendra un centre de réhabilitation pour toxicomane, répondra à un réel besoin dans sa communauté.

« Ce n’est pas évident. On a un problème. On a un besoin », croit-elle.

Et Stéphanie Anglehart-Paulin sait de quoi elle parle, affirmant elle-même être sobre depuis maintenant 32 ans. Elle comprend l’importance d’une telle ressource pour Campbellton et les environs.

« Je suis rendue mairesse aujourd’hui et il y a 32 ans, c’est la dernière place où j’aurais pensé m’être rendue », explique-t-elle fièrement.

Les réactions sont mitigées quant à cette annonce. Mais pour une rare fois, des élus de la région affirment avoir eu une oreille attentive de la part du gouvernement du Nouveau-Brunswick. Mais le tout ne se fera pas du jour au lendemain. Il faudra encore attendre quelques mois avant de voir des activités se dérouler dans ce centre de réhabilitation.